Joseph Stiglitz claque la porte de la commission sur la transparence de l'économie panaméenne

Joseph Stiglitz claque la porte de la commission sur la transparence de l'économie panaméenne© FABRICE COFFRINI Source: AFP

Chargé par le Panama de faire la lumière sur son système financier, quelques mois après le scandale des «Panama Papers», le Nobel d'économie a finalement jeté l'éponge, en raison... du manque de transparence du gouvernement.

Coup dur pour le Panama : le célèbre économiste américain Joseph Stiglitz ainsi que le spécialiste anti-corruption suisse Mark Pieth ont annoncé leur départ du groupe d'experts rassemblés par le pays d'Amérique centrale dans la foulée de l'affaire des «Panama Papers».

Le comité en question, composé de sept membres, a pour mission de dissiper les zones d'ombre de l'économie du Panama, quelques mois après la révélation, en avril, de documents concernant de nombreux comptes offshore détenus par des entreprises et des personnes souhaitant échapper aux contrôles fiscaux de leur pays. Le travail des experts doit permettre au Panama d'adapter son système financier aux normes de l'OCDE – et, au passage, de redorer son blason.

Or, le Nobel d'économie américain a justifié son départ auprès de l'agence Reuters par le manque de transparence du gouvernement panaméen. Celui-ci, a-t-il regretté, s'est avéré peu disposé à soutenir une enquête véritablement ouverte sur son système financier, refusant notamment de garantir que les rapports de la commission seraient rendus publics. «Je pensais que le gouvernement était plus investi, mais ce n'est manifestement pas le cas. [...] C'est extraordinaire comme ils ont essayé de nous saboter» a fait savoir l'universitaire.

De son côté, les autorités du Panama ont attribué la démission de Joseph Stiglitz et Mark Pieth à de simples divergences internes, et ont remercié les deux hommes pour leur coopération au cours des deux derniers mois – la première réunion du comité ayant eu lieu début juin.

Lire aussi : Panama Papers : le neveu d'un ex-ministre algérien mis en cause pour fraude fiscale massive

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»