Washington : l’Arabie saoudite n'a aucun intérêt à déstabiliser l’économie mondiale

© Jonathan Ernst

Selon la Maison Blanche, l’Arabie saoudite ne donnera pas suite à sa menace de vendre 750 milliards de dollars d’actifs américains et une loi permettant de tenir Ryad responsable des attentats du 11 septembre 2001 ne passerait pas le Congrès.

En mars dernier, lors de sa visite à Washington, Adel al-Joubeir, le ministre saoudien des Affaires étrangères, avait mis en garde les Etats-Unis : l’Arabie saoudite vendrait la somme de 750 milliards de dollars de titres du Trésor américain et d’autres actifs si le Congrès votait un projet de loi imputant la responsabilité de Ryad dans les attentats du 11 septembre 2001.

Le porte-parole de la Maison Blanche, Josh Earnest, a néanmoins précisé que le président américain, Barack Obama, ne soutiendrait ni ne signerait le projet de loi, ajoutant que l’Arabie saoudite devait reconnaître son intérêt, commun à celui des Etats-Unis, de «préserver la stabilité du système financier global», rapporte Reuters.

Barack Obama, qui se rendra en Arabie saoudite cette semaine, a expliqué qu’il s’opposait au projet de loi du Congrès de poursuivre l’Arabie saoudite pour son rôle présumé dans les attentats du 11 septembre, dans la mesure où cette loi pourrait exposer également les Etats-Unis à des poursuites judiciaires engagées par d’autres pays.

«Si nous permettons que des individus aux Etats-Unis puissent systématiquement poursuivre en justice les autres gouvernements, alors nous permettons également que les Etats-Unis soient continuellement poursuivis par d’autres pays», a déclaré Obama dans une interview à la chaîne américaine CBS.

Aux Etats-Unis, la menace brandie par Ryad est considérée comme une tentative de chantage mais fait aussi sourire. Car si la vente des actifs américains pourrait provoquer l'effondrement du dollar, cela nuirait aussi à la monnaie saoudienne, étroitement liée au dollar.

La plupart des dix-neuf terroristes du 11 septembre 2001 étaient des citoyens saoudiens. L’attaque a été préparée par le groupe terroriste Al Qaïda, à cette époque basé en Afghanistan. En revanche, aucune enquête américaine à ce jour n'a pu prouver que le gouvernement saoudien était aussi impliqué dans l’attaque.

Lire aussi : 9/11 : des sénateurs américains exigent la déclassification d’un document classé top secret

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales