Le plafonnement du brut russe à 60 dollars le baril suspendu à l’accord de la Pologne

- Avec AFP

Le plafonnement du brut russe à 60 dollars le baril suspendu à l’accord de la Pologne© Lucie Godeau Source: AFP
Le port pétrolier de Novorossiysk sur la mer Noire, au sud de la Russie, photographié en 2004 (illustration).
Suivez RT France surTelegram

La Pologne est insatisfaite du projet de plafonnement des prix du pétrole russe à 60 dollars le baril que propose la Commission et réclame une limite plus basse. Mais les experts ignorent les effets sur les marchés mondiaux et la réaction de l’Opep.

Le projet de plafonnement des prix du pétrole russe conçu par les Occidentaux dans l’espoir de priver Moscou des moyens de financer son opération militaire en Ukraine attendait encore le 2 décembre un feu vert de la Pologne, qui juge l'instrument trop limité. 

Un accord avait été quasiment ficelé la veille au soir par les ambassadeurs des pays membres de l'Union européenne (UE) à Bruxelles, coordonnés sur ce dossier avec leurs alliés du G7, notamment les Américains et les Britanniques, ainsi que l'Australie. 

Le mécanisme envisagé prévoit d'imposer un plafond de 60 dollars par baril aux prix du pétrole russe vendu à des Etats tiers, en complément de l'embargo de l'UE qui entre en vigueur le 5 décembre, selon des sources diplomatiques citées par l’AFP. 

Seule la Pologne réservait son accord dans la matinée du 2 décembre, alors que l'unanimité des 27 est requise sur ce dossier. La Russie a tiré 67 milliards d'euros de ses ventes de pétrole à l'UE depuis le début du conflit en Ukraine alors que son budget militaire annuel s'élève à environ 60 milliards par an, selon Phuc-Vinh Nguyen, expert des questions énergétiques à l'Institut Jacques Delors cité par l’AFP. 

Le dispositif de l'UE doit interdire aux entreprises de fournir les services permettant le transport maritime (fret, assurance...) du pétrole russe au-delà du plafond de 60 dollars, afin de limiter les recettes tirées par la Russie de ses livraisons aux pays qui n'imposent pas d'embargo, comme la Chine ou l'Inde. 

L'instrument est censé renforcer l'efficacité de l'embargo européen, qui intervient plusieurs mois après celui déjà décidé par les Etats-Unis et le Canada. A l'heure actuelle, les pays du G7 fournissent les prestations d'assurance pour 90% des cargaisons mondiales et l'UE est un acteur majeur du fret maritime, d'où un pouvoir de dissuasion crédible, mais aussi un risque de perdre des marchés au profit de nouveaux concurrents.

La Pologne veut un plafond à 30 dollars

La Pologne s'est montrée très critique sur l'efficacité du plafond fixé, réclamant un prix beaucoup plus bas. Des sources ont évoqué une proposition à 30 dollars le baril. Le cours du pétrole russe (brut de l'Oural) évolue actuellement aux environs de 65 dollars le baril, soit à peine plus que le plafond européen, d'où un impact effectivement limité à court terme. Les occidentaux doivent composer avec les intérêts des puissants assureurs britanniques ou armateurs grecs. 

L'instrument proposé par la Commission européenne prévoit tout de même d'ajouter une limite fixée à 5% en dessous du cours du marché, au cas où le pétrole russe devait tomber sous le seuil de 60 dollars. 

Certains experts craignent une déstabilisation du marché mondial du pétrole et s'interrogent sur la réaction des pays de l'Opep, qui doivent se réunir le 4 décembre à Vienne, veille de l’entrée en vigueur de l’embargo européen. 

Le Kremlin ne livrera pas les pays adoptant le plafonnement

Le Kremlin a prévenu que la Russie ne livrerait plus de pétrole aux pays qui adopteraient ce plafonnement. L'UE a déjà décidé d'interdire aux Vingt-Sept l'achat de pétrole russe par voie maritime à partir du 5 décembre. Cet embargo sur le pétrole par voie maritime supprimera les deux tiers des achats européens de pétrole russe. 

L'Allemagne et la Pologne ayant décidé de leur propre chef d'arrêter leurs livraisons via un oléoduc d'ici la fin de l'année, les importations russes seront touchées à plus de 90%, affirment les Européens. 

Pour Phuc-Vinh Nguyen, l'instrument envisagé soulève de nombreuses questions. «Un plafond de prix du pétrole ça ne s'est jamais vu. On est dans l'inconnu», résume-t-il, en soulignant que la réaction des pays producteurs de l'Opep, ou de gros acheteurs comme l'Inde ou la Chine sera cruciale.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix