Mila : la guerre et le déshonneur, par Anne-Sophie Chazaud

Mila : la guerre et le déshonneur, par Anne-Sophie Chazaud
Suivez RT France surTelegram

Après une brève suspension pour «harcèlement» du compte Twitter de l'adolescente Mila, elle-même victime d'insultes, l'essayiste Anne-Sophie Chazaud revient sur la décision de la plateforme de microblogging.

Il n’est pas exclu en effet que le vent ait tourné, comme on l’entend dire de plus en plus, et que la bataille des idées soit en train d’être remportée par tous ceux qui, comme moi, comme vous, sont épris de liberté, d’impertinence, d’indépendance, d’humour. Qui s’opposent au grand retour de l’obscurantisme. Toutefois, comme j’ai eu l’occasion déjà de le dire si souvent, les institutions et lieux de «fabrique de l’opinion» sont encore très largement du côté collaborationniste de la force.

De ce point de vue, ils ont encore le pouvoir, même si ça s’affole dans tous les sens à l’approche du moment où la table sera renversée.

Monde universitaire (affaire récente de l’IEP de Grenoble : songez à l’attitude si ambiguë de sa directrice...), monde dit de la «culture» (grotesque tractage politique de la cérémonie des Césars), réseaux sociaux où, avec un regain de vigueur propagandiste, la censure s’abat sans discontinuer depuis des mois sur de nombreux internautes, célèbres ou anonymes, dès l’instant où ceux-ci s’aventurent sur un terrain non politiquement correct, sur lequel règne une pathétique soumission aux exigences de l’islamisme politique, avec son agenda entriste et liberticide.

Mila en fait les frais depuis des mois.

Mila : la guerre et le déshonneur, par Anne-Sophie Chazaud

Sous la pression et les menaces, l’Education nationale n’a pas su assurer son intégration scolaire, face aux harceleurs qui ont donc la faveur du système «éducatif» (les guillemets s’imposent...). La justice quant à elle s’est montrée particulièrement pusillanime pour poursuivre une microscopique poignée desdits harceleurs (sur les 50 000 menaces qu’elle a reçues). Il ne faut pas trop faire de vagues au pays du Mur des cons.

Twitter quant à lui, sous la pression des lyncheurs islamisto-compatibles, a purement et simplement fermé son compte hier, considéré comme haineux, dans la droite ligne de ce que souhaitait le répugnant projet de loi Avia incluant dans sa rédaction initiale un délit imaginaire et contraire à notre droit d'«islamophobie».

Je suis tentée de dire à Mila que ce bannissement n’est pas une si catastrophique nouvelle que cela, qu’elle a tendance même à devenir une sorte de décoration symbolisant la bravoure, car ces réseaux, dont je me sers encore de manière résiduelle et jusqu’à l’extinction des feux, sont devenus clairement engagés politiquement en faveur du communautarisme victimaire, pratiquent ouvertement la censure, y compris politique, sans le moindre scrupule, et se sont de facto totalement ringardisés en quelques mois.

Ne plus les alimenter serait évidemment la seule voie intelligente, même si nous en avons encore un peu besoin pour échanger.

La vraie bataille, celle qui vient après celle des idées, se passera ailleurs.

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix