Libye et crise migratoire: «On ne peut pas provoquer la guerre et s'étonner ensuite du désordre»

La pression migratoire a-t-elle augmenté depuis la guerre contre la Libye© Darrin Zammit Lupi Source: Reuters
La pression migratoire a-t-elle augmenté depuis la guerre contre la Libye

L’Europe constate l'ampleur de la crise migratoire et ne semble pas pour autant faire le lien avec l'intervention en Libye de 2011. Pour Kader Abderrahim, spécialiste du Maghreb et de l'islamisme, il y a pourtant un lien direct entre ces deux faits.

RT france : Y-a-t-il un lien direct entre la crise migratoire que connaît l'Europe et les interventions occidentales, notamment en Libye ?

Kader Abderrahim (K. A.) : Il y a une relation directe, de cause à effet. Plus on intervient dans des situations qu'on ne connaît pas bien ou qu'on ne maîtrise pas suffisamment, plus le risque d'ajouter du désordre et de la confusion est grand. C'est ce qui s'est passé avec la Libye et l'intervention franco-britannique de 2011. Evidemment, on a fait tomber une dictature mais on n'a pas imaginé ou même réfléchi à ce que pourrait être une transition démocratique après Kadhafi.

Pendant cette guerre, on a eu d'abord, dans un premier temps, une espèce de verve révolutionnaire. Ensuite, on eu le règne des milices qui ont mis le pays en coupe réglée. Il y a eu, certes, deux élections qui ont permis aux Libyens de s'exprimer avec un Conseil national de transition. Mais le pays a basculé dans un chaos généralisé et la guerre civile que l'on connaît. C'est cette situation d'instabilité chronique qui fait de ce pays une espèce de havre pour tous les trafics et tous les trafiquants.

Le trafic d'êtres humains, avec les passeurs de migrants, est ainsi devenu un trafic comme un autre. Les services de renseignements américains estiment qu'il y a entre 600 000 et 800 000 immigrants clandestins qui sont sur le territoire libyen et qui sont prêts à partir en direction de l'Europe avec qui voudra bien les embarquer. Ils montent sur des bateaux de fortune sur lesquels ils ont plus de chances de finir noyés que d'atteindre l'Eldorado qu'est l'Europe, telle qu'ils se l'imaginent. Donc oui, encore une fois, il y a une relation directe, de cause à effet, entre les interventions militaires occidentales depuis 30 ans, le chaos qui a été provoqué et la situation actuelle des migrants.

En savoir plus: Près de 50 migrants se sont noyés au large de la Libye

 Il y a une relation directe, de cause à effet, entre les interventions militaires occidentales depuis 30 ans, le chaos qui a été provoqué et la situation actuelle des migrants

En savoir plus: Meurtrière Méditerranée : au moins quarante migrants meurent etouffés dans la cale d'un bateau

RT France : Pourquoi l'Europe semble-t-elle traiter cette question migratoire en dehors de tout lien de cause à effet avec l'intervention en Libye ?

K. A. : Pour une raison assez simple : il est toujours très compliqué pour des pays, des Etats, des gouvernements de reconnaître leurs erreurs. Cette guerre de 2011 en Libye était, de fait, une erreur. On le voit désormais. N'ayant pas réfléchi à ce que pourrait être l'après-solution politique, on a beaucoup de mal à imaginer quelle pourrait être une solution globale. Si on ne remet pas un peu d'ordre dans le chaos mondial, notamment en Libye et au Moyen-Orient, il y a peu de chance qu'on arrive à résoudre ou à résorber la question des flux migratoires. La majorité des réfugiés sont aujourd'hui Syriens, et leur nombre constitue un sixième de la population du pays. Mais d'autres pays sont aussi concernés: l'Irak, l'Erythrée, le Yémen, la Somalie.

L'Afrique et le Moyen-Orient sont aujourd'hui des zones durablement déstabilisées à cause des interventions militaires occidentales. La question à poser aux gouvernements occidentaux est la suivante : comment tenter d'enrayer ces migrations pour éviter que les opinions publiques occidentales ne deviennent un peu trop réactives. Car l'Europe traverse, elle aussi, une crise, économique et un afflux massif d'immigrés pourrait provoquer une progression des extrêmes droites, voire de mouvements ouvertement néo-nazis. Il y donc un vrai risque pour les démocraties européennes de se voir attaquer sur cette question migratoire car en amont, il y a des problèmes politiques et diplomatiques qui n'ont pas été traités comme il aurait fallu qu'ils le soient. 

RT France : Cette crise touche-t-elle d'autres zones que l'Europe?

K. A. :  La situation de la Libye est spectaculaire et très médiatisée. Mais d'autres pays sont également concernés, comme l'Algérie, la Tunisie ou le Maroc car la pression migratoire vient de plus en plus loin à l'intérieur du continent africain, une pression qui inquiète aussi ces pays. On voit des gens qui, après avoir traversé toute l'Afrique à pied, échouent dans la ville de Tanger, par exemple, avec l'hypothétique espoir de traverser la Méditerrannée pour aller en Europe. 

En savoir plus: Migrants, une crise mondiale potentiellement explosive

RT France : Comment remettre de l'ordre dans ce chaos généralisé. Diplomatiquement ? Militairement ?

K. A. : Des choses pourraient être entreprises très rapidement. En Libye, par exemple, je ne comprends pas pourquoi la France ne prend pas l'initiative diplomatique de tenter de ramener la paix civile afin de constituer un front commun contre Daesh. On sait que Daesh tire l'essentiel de ses ressources du pétrole qu'il vend sur le marché noir international. Pourquoi les Européens ne décident-ils pas du blocus des côtes libyennes pour éviter que des embarcations ne viennent charger ce pétrole bon marché. On sait que cet argent ne va pas dans les caisses de la Libye et ne sert pas bien-être collectif du pays.

Pourtant la France a d'excellentes relations avec tous les protagonistes de cette crise libyenne, que ce soit l'Algérie, l'Egypte, le Qatar, la Turquie ou l'Arabie saoudite. Paris a donc les moyens d'engager un marathon diplomatique pour faire pression sur ces acteurs et ceux qui se font la guerre, à savoir le gouvernement de Tobrouk et le gouvernement de Tripoli afin qu'ils forment un front commun contre Daesh. Ainsi, on trouverait une solution durable.

Aujourd'hui on observe pourtant l'inverse. On a l'impression que l'Europe est totalement paralysée, tétanisée par les bêtises qu'elle a faite. On ne peut provoquer la guerre et s'étonner ensuite du désordre. Une fois que celui-ci est là, c'est trop tard. Je suis très pessimiste sur le court terme d'ailleurs.

RT France : Pourquoi la France n'entreprend-elle pas ce marathon diplomatique dont vous parlez ?

K. A. : Je pense que la France est aujourd'hui tétanisée par l'idée qu'il faudrait agir mais elle ne sait pas comment. Il y a donc très peu de réflexion sur les initiatives diplomatiques possibles. Ensuite, ce qui la bloque aussi, c'est la question de savoir si elle peut agir seule ou pas. Elle pourrait pourtant soutenir, sans résolution préalable, le processus engagé sous les auspices de Bernardino León, le repésentant spécial de l'ONU pour la Libye. Ce dernier a engagé plusieurs rounds de négociations entre les différents acteurs libyens, au Maroc et à Genève encore récemment. Mais pour le moment il n'y a aucune avancée.

La question fondamentale est de comprendre pourquoi la France ne pèse pas de tout son poids, de toute son histoire, de tout l'appareil diplomatique dont elle dispose pour résoudre cette crise après avoir provoqué cette guerre. C'est une grande énigme pour moi mais malheureusement je n'ai pas de réponse...

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales