Spécialiste des questions européennes, Pierre Lévy dirige la rédaction du mensuel Ruptures. Précédemment, il a été journaliste au sein du quotidien L’Humanité, ingénieur et syndicaliste. Il est l’auteur de deux essais et un roman.

L'UE en berne dans les sondages : les faiseurs d'opinion européens face à la réalité

L'UE en berne dans les sondages : les faiseurs d'opinion européens face à la réalité
Illustration ©STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Pierre Lévy, rédacteur en chef du mensuel Ruptures, revient sur une enquête du journal Le Monde qui, malgré un biais évident en faveur de l'Union européenne, laisse voir le désamour croissant de la population pour cette dernière.

Le Monde a publié le 9 juillet les résultats de son enquête annuelle sur l’état de l’opinion française. Réalisée en partenariat avec Sciences-Po et la Fondation Jean Jaurès, elle est intitulée «Les fractures françaises» et repose sur un sondage évoquant une grande diversité de thèmes.

C’est bien chez les électeurs d’Emmanuel Macron que Bruxelles recueille la popularité maximale 

Parmi ces derniers figure l’Union européenne (UE). L'institution ressort en lambeaux des questions posées à l’échantillon d’un millier de personnes. Pourtant, il convient de le préciser d’emblée : ce n’est pas parce qu’un sondage va dans le sens d’idées qu’on défend que ses indications chiffrées doivent être considérées comme fiables. En revanche, il est intéressant de situer cette enquête dans le contexte des affrontements politiques présents. Et ce, au moment où la popularité du président de la République plonge – c’est en tout cas ce qu’indiquent plusieurs autres enquêtes récentes.

Selon l’étude réalisée fin juin, il n’y aurait plus que 53% des Français pour considérer que l’appartenance à l’UE est une «bonne» ou «très bonne» chose, alors que ce chiffre était encore à 58% en juin 2017. Près d’un tiers des sondés (31%) qualifient au contraire cette appartenance de «mauvaise» ou de «très mauvaise». C’est même le cas d’un ouvrier sur deux, ce qui est cohérent avec une polarisation sociale régulièrement vérifiée dans les urnes : dans les catégories les plus populaires, l’UE est la plus rejetée, alors que les personnes les mieux loties socialement la plébiscitent.

Cette indication sociale recoupe un constat politique : c’est bien chez les électeurs d’Emmanuel Macron que Bruxelles recueille la popularité maximale. Quant aux partisans de Marine Le Pen, ils souhaitent, à 68%, la sortie de la monnaie unique. Cette proportion a nettement grimpé en un an… alors même que le Rassemblement national (ex-Front National) a récemment cru habile d’effacer cet objectif de son programme, pensant sans doute que ce ralliement aux thèses «mainstream» contribuerait à améliorer sa popularité.

Enfin, près de deux personnes interrogées sur trois (64%) estiment qu’il faudrait renforcer les prérogatives nationales au détriment de Bruxelles.

On devrait se garder de prendre ces chiffres au pied de la lettre, tant les biais sont nombreux. Ainsi, on a demandé aux sondés s’ils estimaient que l’UE a suffisamment contré les décisions commerciales prises par Donald Trump. C’est le type même de question biaisée : ceux qui ont formulé la question ont implicitement exclu que des personnes interrogées puissent approuver les mesures protectionnistes américaines…

Dans les «narratifs», la France constituait du reste une illustration de ce retour de flamme en faveur de l’Europe, à travers l’élection d’Emmanuel Macron

Ce qui est en revanche remarquable dans cette étude est qu’elle vient démentir brutalement les enquêtes (notamment l’«eurobaromètre» commandé régulièrement par la Commission européenne) récemment effectuées. Sur la base de ces dernières, les partisans de l’intégration européenne étaient unanimes : les citoyens de l’UE, un peu partout, se seraient pris d’un regain d’amour pour cette dernière.

Ces enquêtes d’opinion effectuées dans les pays membres constituaient même la seule consolation des dirigeants européens, alors même que, scrutin après scrutin, les électeurs votent de plus en plus pour les partis s’affichant (ou se prétendant) critiques vis-à-vis de l’intégration européenne. Le dernier exemple en date est évidemment l’Italie.

Dans les «narratifs» (anglicisme désignant les histoires élaborées par les services de propagande officiels), la France constituait du reste une illustration de ce retour de flamme en faveur de l’Europe, à travers l’élection d’Emmanuel Macron en mai 2017.

Les sondages, arme préférée des faiseurs d’opinion, se retourneraient-ils même contre ce dernier «bastion» ?

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter