Plan d’urgence agricole : «les aides ne changeront rien, il faudra les rembourser plus tard»

Les agriculteurs ont bloqué la frontière avec l'Allemagne pour dénoncer la concurrence en Europe. © Vincent Kessler Source: Reuters
Les agriculteurs ont bloqué la frontière avec l'Allemagne pour dénoncer la concurrence en Europe.

Le plus gros problème pour les éleveurs français, c’est la faiblesse des prix qui n’ont pas changé depuis des décennies. Le plan d’urgence du gouvernement ne changera rien, estime un agriculteur français de la filière porcine.

RT : Est-ce que vous pouvez expliquer la situation dans laquelle vous vous trouvez actuellement ?

Un agriculteur de la filière porcine du nord Finistère : Aujourd’hui le problème, c’est que les cours de la viande de porc sont un peu trop bas, autour d’1,40 euro alors qu’il faudrait être autour d’1,5 euro au moins. Et en plus, comme ils ont remonté leurs prix pour éviter la casse dans les magasins, surtout dans notre région, ils ont arrêté d’en acheter. Ils nous laissent garder en ferme. Si on veut, les cochons qui devaient partir la semaine dernière ne sont pas vendus. C’est ça, le gros problème aujourd’hui, c’est de dégager nos porcs. Automatiquement, ils sont devenus trop lourds et après ils sont déclassés.

RT : Le gouvernement a annoncé un plan d’urgence pour aider les agriculteurs. Pourquoi les éleveurs continuent à sortir dans les rues ?

Agriculteur français : Parce que ça entraîne des retards de paiements… On va retarder la MSA, on va retarder les impôts mais il faudra les payer quand même. Nous ce qu’on veut, c’est du prix, seulement du prix pour que tout le monde puisse vivre de son métier. Les aides qu’on va obtenir maintenant, il faudra les rembourser dans quelques temps, donc ça ne changera rien. Pour vous donner un exemple, je me suis installé en 1986 et les cours sont toujours les mêmes aujourd’hui qu’en 1986. On est dans les mêmes prix, sauf qu’on est passé des francs aux euros. Par contre, quand je vais acheter du matériel, les prix ont presque doublé. Le prix de nos produits aurait dû augmenter lui aussi. Normalement, on devrait être aujourd’hui autour de 2 euros, avec des aliments un peu plus chers mais tout le monde pourrait vivre.

En savoir plus : «On ne fait que repousser les problèmes» : les agriculteurs fustigent le plan d'urgence d'Hollande

RT : Quelles mesures faut-il que le gouvernement prenne pour améliorer la situation ?

Agriculteur français : Pour moi, il faudrait faire remonter les prix d’achat pour les grandes surfaces, que la grande surface fasse un peu moins de bénéfices… C’est surtout ça. Après, le problème, c’est tous les produits qui viennent de l’Union européenne, comme l’Allemagne ou l’Espagne, qui peuvent créer des flux avec un coût de la main d’œuvre beaucoup moins élevé que le nôtre. De plus, on n’a pas du tout les mêmes contraintes, du point de vue environnemental par exemple.

RT : Que pensez-vous des 600 millions d’euros, est-ce que ça va suffire pour aider les agriculteurs français?

Agriculteur français : Ça va permettre à certains de tenir un petit peu plus longtemps, d’autres pourront arrêter, éviter de vendre leur maison et tout ça, quoi. Mais les gens qui sont lourdement endettés ne vivront pas mieux avec ça. Du moins, c’est mon idée.

RT : En ce qui concerne l’embargo décrété par la Russie, est-ce que vous en ressentez les effets personnellement ?

Agriculteur français : Ce qui est arrivé, c’est que toute la viande qui allait en Russie à l’époque, on n’a pas pu la vendre ici directement, il y a eu des cochons qui n’ont pas pu être abattus. Donc ça a créé du retard dans les enlèvements et aujourd’hui on n’a pas pu retrouver les marchés. Mais il y a peut-être des pays qui ont réussi à aller en Russie, ça, je ne le sais pas. Mais en France, on n’a pas été bons là-dessus parce qu’on nous a annoncé des bons prix pour l’année dernière et on a eu des mauvais prix.

En savoir plus : Plan d’urgence agricole : «Pour les producteurs individuels, ces aides ne représentent rien»

 

 

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales