«L'exemple courageux de Chelsea Manning a ouvert la voie à Snowden et Assange»

«L'exemple courageux de Chelsea Manning a ouvert la voie à Snowden et Assange»© Carlo Allegri Source: Reuters
Manifestation pour soutenir Chelsea Manning, Etats-Unis

En révélant des documents confidentiels au public malgré la perspective d'être condamnée, Chelsea Manning a été un exemple pour les futurs lanceurs d'alerte, estime Annie Machon, ex-officier de renseignement MI5.

Après avoir purgé sept ans d'une peine de 35 ans pour avoir divulgué des documents classifiés, Chelsea Manning a été libérée.

RT : Chelsea Manning a fait nombre de révélations et, en conséquence, a passé une longue période en prison. Cela en valait-il la peine ?

Annie Machon (A. M.) : Je pense que Chelsea Manning connaissait les risques auxquelles elle était exposée. Elle était prête à payer le prix pour cela. Mais elle a suivi sa conscience, persuadée que cela valait la peine d'encourir ces risques. Je pense qu'elle est du même avis aujourd'hui, malgré le traitement inhumain dont elle a été l'objet par la police militaire et le système juridique militaire des Etats-Unis.

Je pense aussi qu'il y eu deux autres résultats, probablement imprévus, du fait du courage dont elle a fait preuve en parlant au public et en suivant sa conscience. Les informations que Wikileaks a reçu d'elle en 2010, d'abord. Cela a eu des répercussions légales pour Julian Assange et le reste de l'équipe de Wikileaks. Mais c'est ce qui leur a donné accès à la conscience publique mondiale, et ils ont continué à faire leur travail en publiant des informations très intéressantes pour le public.

Le stratagème utilisé par les gouvernements pour détruire ou dissuader les futurs lanceurs d'alerte ne marche pas

L'une des plus récentes [de ces divulgations] sont les fichiers «Vault 7», concernant les capacités d'interception de la CIA. Cette dernière est capable de pirater tout notre équipement personnel à domicile. C'est peut-être là un résultat imprévu des agissements de Chelsea Manning. Le deuxième résultat, c'est qu'elle a été un exemple courageux pour les jeunes futurs lanceurs d'alerte, comme Edward Snowden. Ses divulgations ont débuté à la fin du mois de mai 2013. Il a fait ses révélations au moment où commençait le procès de Chelsea Manning, alors qu'elle était potentiellement confrontée à la peine de mort, écopant en fin de compte de 35 ans de prison. Le fait qu'Edward Snowden ait parlé, malgré cette menace à laquelle était confronté le lanceur d'alerte précédent, montre que le stratagème utilisé par les gouvernements pour détruire ou dissuader les futurs lanceurs d'alerte ne marche pas.

Edward Snowden a ensuite été piégé alors qu'il était en transit entre la Chine et l'Equateur, pays qui lui a accordé l'asile en 2013. Il s'est retrouvé coincé dans un aéroport de Moscou et a obtenu l'asile à Moscou pour un certain nombre d'années. Si Wikileaks n'avait pas été dans cette position de s'y rendre et d'aider Edward Snowden, sa situation aurait pu être très différente. Je pense donc que ce sont deux points très importants que nous devons retenir des conséquences imprévues du courage de Chelsea Manning.

Ils n'avaient aucune volonté, au MI5, de réformer ou de corriger les erreurs qui étaient en réalité des crimes secrets

RT : Vous êtes vous-même un lanceur d'alerte. Que pouvez-vous dire sur votre expérience personnelle ? Est-ce une tâche difficile ?

A. M. : Oui, je suis un lanceur d'alerte de la vieille école, dans les années 1990, l'ère analogique. Mais j'ai travaillé pour le MI5 pendant six ans en tant qu'officier de renseignement, et c'est là que j'ai rencontré mon ancien partenaire et collègue David Shayler. Nous avons vu tant de choses qui se déroulaient mal à l'époque, en six ans seulement, que nous avons décidé de démissionner et de parler. Nous avons essayé d'évoquer nos préoccupations au sein du service, mais on nous a tout simplement dit de «suivre les ordres». Ils n'avaient donc aucune volonté de réformer ou de corriger les erreurs qui étaient en réalité des crimes secrets.

Nous avons payé un prix très cher pour avoir mis à jour les crimes des espions

Nous avons donc parlé. Et, selon la loi britannique, nous devions automatiquement être arrêtés et emprisonnés pour avoir parlé des crimes des espions. Nous avons fui le pays. Nous avons été pendant un mois en fuite en Europe, nous nous sommes cachés pendant un an en France, et cet exil s'est prolongé pendant deux ans. J'ai finalement été arrêtée. Beaucoup de nos amis, de membres de la famille, soutiens et journalistes impliqués dans l'affaire ont été arrêtés. David Shayler s'est lui-même retrouvé en prison. Les Britanniques n'ont pas réussi à l'extrader depuis la France en 1998 pour le juger en vertu de la Loi sur les secrets officiels de 1989. Il est revenu volontairement pour affronter son procès en 2000. Il a, bien sûr, été condamné, parce qu'il n'y avait pas de défense légale face à cette loi, et il est de nouveau allé en prison. Nous avons donc tous les deux payé un prix très lourd... pour avoir mis à jour les crimes des espions.

Lire aussi : Pour le patron de la CIA, WikiLeaks est un «service de renseignement hostile»

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales