L’extension de l’OTAN, en route vers la Russie, atteint le Monténégro

L’extension de l’OTAN, en route vers la Russie, atteint le Monténégro© Kacper Pempel Source: Reuters
Forces de l'OTAN

Les raisons de l’accession du Monténégro à l’OTAN sont largement symboliques – с’est une occasion de montrer que le «domaine d’influence» américain progresse toujours et qu'il n’a pas de limites, selon la journaliste irlandaise Danielle Ryan.

Le récent vote du Parlement du Monténégro en vue de la ratification du protocole d’adhésion à l’OTAN de ce petit pays des Balkans était d'une ironie cruelle. 

Il y a moins de 20 ans, pendant la guerre du Kosovo, lorsque le pays faisait encore partie de la Serbie, les avions de l’OTAN ont déversé des bombes à l’uranium appauvri sur le Monténégro. Ces bombes ont causé des dégâts à long terme pour la santé de la nation, que les médecins relient aujourd'hui à l’augmentation de l’incidence des cancers systémiques au sein de la population. Il n’est pas surprenant qu'un profond sentiment anti-otanien subsiste dans le pays aujourd’hui et l’adhésion à l’OTAN est une question extrêmement conflictuelle.

Le gouvernement du Monténégro avait pourtant décidé de renoncer à un référendum sur l’adhésion à l'OTAN, évitant de donner aux citoyens du pays la possibilité de s’exprimer sur le sujet.

Il n’y a pas de raisons légitimes de déclarer que le Monténégro a une valeur pour les Etats-Unis en ce qui concerne ses intérêts de sécurité nationale

Pourquoi le Monténégro ?

Les législateurs américains encourageaient avec enthousiasme l’arrivée du Monténégro dans l’Alliance. Il ne s’agit pas d’une puissance militaire significative, parce que le Monténégro ne peut rien apporter à l’OTAN en termes de force militaire. Les troupes du pays s'élevant à 2 000 personnes représentent un faible intérêt, même si le positionnement du pays est stratégiquement significatif et permettrait à l’OTAN de contrôler presque pleinement la mer Adriatique, étant donné que l’Italie, la Croatie et l’Albanie sont déjà membres de l'Alliance.

Il est également peu probable que le pays puisse faire face à des menaces militaires majeures, contre lesquelles il aurait besoin de la protection de l’OTAN. Il n’y a pas non plus de raisons légitimes de déclarer que le Monténégro a une valeur pour les Etats-Unis en ce qui concerne ses intérêts de sécurité nationale.

Les raisons de l’accession du Monténégro à l’OTAN sont donc largement symboliques. L’admission de ce minuscule pays de l'Adriatique comme 29e membre du bloc est un message que la politique de la porte ouverte pratiquée par l’Alliance dirigée par les Etats-Unis reste d'actualité. C’est une occasion de montrer que le «domaine d’influence» américain progresse toujours et qu'il n’a pas de limites. C’est la transposition en géopolitique du comportement enfantin par lequel Washington tire la langue à la Russie, pour lui confirmer sa supériorité. En d’autres termes, comme l’a noté un analyste, l’OTAN gagne de nouveaux membres, de la même façon que les gens ajoutent des amis sur Facebook, qui n'ont aucune valeur, ni importance dans leur vie ; mais plus leur nombre est élevé, plus populaire vous semblez.

En effet, Heritage Foundation, think tank basé à Washington, a affirmé dans une étude récente que l’adhésion du Monténégro à l'OTAN «enverrait un message» de force à la Russie, meilleure raison susceptible de justifier l’adhésion à l'Alliance d’un nouveau membre militairement insignifiant. Une justification assez faible, en fin de compte.

Il y a une tentation évidente dans les reportages occidentaux d'expliquer la démarche du Parlement monténégrin comme un «rapprochement de l’Occident» pour ce pays, mais ce n'est pas si simple

Lorsque le Sénat américain discutait de l’adhésion du Monténégro, le sénateur John McCain, fervent belliciste, a accusé le sénateur Rand Paul de «travailler pour Poutine» simplement parce que ce dernier était contre l’adhésion du pays à l'OTAN. Une attitude qui confirme que les gens comme Mc Cain et d’autres expansionnistes pro-otaniens n’ont pas de vrais arguments à faire valoir, s’ils ne peuvent répondre qu’avec des accusations du style, «travailler avec Poutine», à de légitimes contestations.

Se rapprocher de l'Occident ?

Il y a une tentation évidente dans les reportages occidentaux d'expliquer la démarche du Parlement monténégrin comme un «rapprochement de l’Occident» pour ce pays, mais ce n'est pas si simple

Le Front démocratique, une alliance de l’opposition au Monténégro, croit que le gouvernement ne permettra pas la tenue d'un référendum sur la question parce qu’il le perdrait. Ce n’est pas improbable. Les sondages ont montré que les Monténégrins étaient profondément divisés sur la question de l’adhésion à l’OTAN. Les parlementaires qui se prononcent contre l’OTAN ont boycotté le vote, et quelques centaines de personnes se sont rassemblées devant la Parlement pour protester en scandant «Trahison !» et «Voleurs !». Une bannière qu’on peut voir sur les photos portait l'inscription : «Les assassins de l’OTAN, vous avez du sang sur vos mains.» L’opposition dit qu’elle va geler l’adhésion du pays si elle gagne les élections législatives en 2021.

Le Monténégro est un pays notoirement corrompu. L’ancien Premier ministre Milo Djukanovic, qui a dirigé le pays pendant 25 ans – à l'exception de quelques brèves interruptions – a été accusé d’utiliser le pays comme son DAB personnel et de museler la presse. En 2009, il a été impliqué dans un réseau de contrebande de cigarettes qui aurait blanchi 1 milliard de dollars de bénéfices, mais n’a jamais été inculpé. En 2015, il a été nommé «homme de l’année dans le crime organisé» par l’OCCRP (Organized Crime and Corruption Reporting Project).

Milo Djukanovic a déclaré que l’élection d’octobre 2016 était un «référendum sur l’adhésion à l’OTAN», mais le vote qui a scellé le sort de la nation, a été entaché avec de sérieuses allégations de fraude. Un des leaders de l’opposition l’a qualifié de «plus frauduleux qu’on n'a jamais eue». A l’époque, l’UE avait appelé à lancer une enquête, mais en réalité Bruxelles et Washington ont fermé les yeux, étant donné que les résultats électoraux correspondent à leur propre agenda. Les médias également n’ont pas montré trop d’intérêt, lorsque les Monténégrins ont envahi les rues l’année d'avant pour protester contre le gouvernement pro-européen qui soutenait l’OTAN.

La valeur accordée aux manifestants anti-corruption dans le monde semble être décidée, plus par rapport à la valeur des intérêts stratégiques occidentaux que toute autre chose. Si ces Monténégrins protestaient contre un gouvernement considéré comme amical avec Moscou, la couverture médiatique aurait été beaucoup plus importante — et certains fonctionnaires américains seraient sans doute venus à Podgorica pour témoigner de leur soutien.

Accuser la Russie

Milo Djukanovic a été remplacé au poste de Premier ministre par son allié Dusko Markovic, après la victoire de son parti lors de l'élection d'octobre. Milo Djukanovic cherchait à qualifier l'adhésion à l'OTAN et l'influence de la Russie comme les problèmes les plus graves auxquels se heurtent le Monténégro. Le jour de l'élection, il a annoncé qu'il y avait eu une tentative de coup d'Etat et un complot russe pour l'assassiner, dans le but d'empêcher l'adhésion du Monténégro à l'OTAN.

Les partis d'opposition affirment que ce coup d'Etat est une invention. Sachant à quel point le sentiment anti-russe peut marcher en Occident aujourd'hui, il croyait probablement qu'un faux complot russe serait le meilleur moyen d'attirer une certaine attention.

Il est cependant peu probable que Moscou perçoive l'addition minuscule des 2000 soldats du Monténégro comme une raison suffisante pour assassiner un dirigeant étranger, surtout quand Vladimir Poutine est déjà occupé à sembler être plus fort que le reste du monde et à pirater tout le monde.

Bien sûr, la Russie n'est pas en particulier ravie du fait que Monténégro rejoigne l'OTAN — Moscou s'oppose à l'expansion de l'OTAN en général — mais il est peu probable que cette adhésion au club social occidental effraie Vladimir Poutine.

Quoi que l'OTAN dise de la sécurité et de la stabilité, elle semble tirer bénéfice du contraire

Etant donné que l'OTAN s'est retrouvée sans but en 1991, après la chute de l'Union soviétique, elle a lutté pour maintenir sa pertinence. C'est pourquoi l'Alliance s'engage dans des «interventions humanitaires» téméraires et désastreuses dans des pays comme la Libye. C'est aussi pour cela que l'OTAN essaie de maintenir la notion ridicule d'une Russie en tant que menace existentielle pour le monde occidental. L'objectif de l'OTAN est de rester en vie pour garder sa pertinence. Tout ce qu'elle fait est censé poursuivre cet objectif.

Faire adhérer un membre comme le Monténégro, tout simplement pour contrarier la Russie, est insensé. Cela ne sert qu'à faire comprendre à Moscou que Washington ne tient pas compte ni de ses intérêts ni de sa sécurité, ce qui, ironiquement, pourrait donner à l'OTAN davantage d'instabilité que les bénéfices tirés de l'adhésion du Monténégro.

Encore une fois, quoi que l'OTAN dise de la sécurité et de la stabilité, elle semble tirer des bénéfices du contraire.

Du même auteur : Du nouveau dans la façon de penser de Poutine : tout est de la faute à Dostoïevski

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.