Karim Pakzad : «En Irak, la stratégie de la coalition n'a montré aucune efficacité»

Les Ministres des Affaires étrangères des pays membres de la coalition Source: Reuters
Les Ministres des Affaires étrangères des pays membres de la coalition

Les Etats membres de la coalition internationale engagée contre Daesh en Irak se sont réunis à Paris. Karim Pakzad, chercheur à l'Institut de Relations Internationales et Stratégiques (IRIS), souligne l'ambiguïté des positions de cette coalition.

RT France: Une vingtaine de ministres des Affaires étrangères, dont ceux de l’Arabie Saoudite et de la Turquie, ainsi que le Premier ministre irakien, Haïdar al-Abadi se sont réunis à Paris sous l'égide de Laurent Fabius. Quel bilan stratégique tirer de l'intervention de la coalition en Irak?

Karim Pakzad: Malgré l'engagement de cette coalition, avec près de 4000 sorties aériennes de l'aviation des pays membres, malgré l'engagement de ces pays en Irak mais aussi en Syrie, malgré l'existence d'une opposition laïque, Daesh progresse, se renforce même. Le Premier ministre irakien Haider al-Abadi, également présent à Paris, a clairement dit que la stratégie de la coalition internationale avait échoué. La situation en Irak et en Syrie, avec l'avancée de Daesh, exige que la coalition internationale revoie sa stratégie. Jusqu'à présent, les bombardements systématiques et l'éviction des tribus chiites de la lutte contre Daesh n'ont montré aucune efficacité. Lors de cette conférence, les membres de cette coalition ont tenté de voir comment ils pouvaient aider le gouvernement irakien à lutter plus en avant contre Daesh. 


RT France: Pourquoi se tient-elle précisément à Paris?

Karim Pakzad: Il faut se rappeler que c'est justement la France qui a mis en place cette coalition, laquelle n'est pas placée sous l'égide de l'ONU. Quelque temps après la chute de Mossoul en juin 2014, prise par l'Etat islamique, et alors que le Kurdistan irakien était aussi menacé, ainsi que le sud du pays et même Bagdad, la France avait pris elle-même l'initiative d'inviter certains de ses alliés à mettre en place cette coalition internationale. Voilà pourquoi cette conférence se tient à Paris, car la France a été au centre de sa naissance et est très active sur la question irakienne.

RT France: L'Iran est le grand absent de la conférence. Pourquoi?

Karim Pakzad : Le pays le plus engagé dans la lutte contre Daesh sur le terrain est l'Iran, lequel lutte aux côtés des tribus chiites et n'a pourtant pas été invité. Pourquoi? Car d'autres pays membres de cette coalition, comme l'Arabie saoudite ou les Emirats arabes unis, ne veulent absolument pas entendre parler de l'influence de l'Iran en Irak, ou même dans la région. Il semblerait que l'Arabie saoudite ait mis directement son veto pour que l'Iran ne soit pas invité à cette conférence. Or, il y a là un paradoxe car ces pays sont aussi accusés par l'Irak d'aider l'Etat islamique. Cela montre bien à quel point la situation est compliquée et combien est impuissante cette coalition qui ne prend pas tous les éléments en compte.


RT France: Vous avez mentionné l'échec de cette coalition sur le terrain en Irak. Comment l'expliquez-vous?

Karim Pakzad: Les pays membres de cette coalition se trouvent dans une situation très compliquée. En raison de cela, ils n'ont pas la possibilité de mettre en place une initiative claire.  Ainsi, les Américains, les Français avaient pu exiger du gouvernement irakien qu'il écarte les milices chiites qui avaient pourtant libéré Tikrit. L'ancien Premier ministre irakien Nouri Al Maliki avait alors dû limiter leur pouvoir. Pourtant ces milices chiites sont en première ligne dans la lutte contre Daesh. Après cette décision, l'armée irakienne s'est retrouvée un peu seule et l'aviation américaine n'a pas empêché Daesh d'avancer et d'attaquer la grande ville de Ramadi. Le Premier ministre a dû alors de nouveau faire appel à ces milices chiites, pourtant écartées, pour aller libérer Ramadi. Les Etats-unis, la France ont des relations tellement poussées avec les monarchies du Golfe que ces dernières imposent même leur refus de toute alliance avec ces milices chiites. Voilà au fond le noeud du problème: les alliés ne veulent pas des milices chiites mais le gouvernement irakien en a besoin. Il y a là une vraie ambiguïté de la part des alliés et une absence de stratégie claire.


RT France: Cette conférence détache-t-elle la question syrienne de la question irakienne alors que Daesh est présent dans les deux pays?

Karim Pakzad: Je considère que ces deux questions sont liées et font partie du même enjeu. Là aussi, il y a ambiguïté de la part de la coalition, précisément des Américains et des Français qui veulent séparer de façon artificielle ces deux questions. Pourtant, que signifie Daesh sinon «Etat islamique en Irak et en Syrie». C'est la traduction littérale en arabe. En Syrie, on voit bien aussi qu'il y a un refus net de la part de la France et des Etats-unis de discuter avec le régime syrien qui est tenu responsable de nombreux morts. Mais il y a aussi le danger que Daesh prenne le dessus. Là aussi, il faut voir si la France va vouloir infléchir sa position sur la Syrie alors qu'elle ne veut absolument pas entendre parler de discussions avec Bachar el Assad.


RT France: Comment expliquer le succès de Daesh sur le terrain?

Karim Pakzad: A l'origine, Daesh avait pour nom «Al Qaïda en Irak». Il a été ensuite utilisé par certains pays pour créer des difficultés et déstabiliser le régime chiite irakien qui concentrait les ressentiments du monde arabe sunnite. Cette organisation a été utilisée ouvertement par certains pays comme la Turquie : la frontière turco-syrienne est devenue un point de passage pour ces combattants. Il y a aussi des donateurs financiers qui aident cette organisation. Les armes, les volontaires continuent d'affluer. Ensuite cette organisation a pris de l'ampleur et s'est installée en Syrie. Elle a mis en place un vrai plan idéologique et a voulu marquer les esprits. Pour cela, elle a utilisé des méthodes extrêmes que même Al-Qaïda en Irak n'utilisait pas, comme les décapitations, les immolations, le recrutement d'enfants. Pourtant cette organisation a suscité une certaine attirance, pour ceux qui sont idéologiquement d'accord, ceux qui sont perdus, pour les aventuriers de tous bords. C'est une phénomène qui s'observe dans le monde entier; bien sûr, d'abord dans les pays arabes, en Arabie saoudite par exemple ou en Tunisie. En Asie centrale aussi, on a constaté que 300 jeunes Tadjiks avaient rejoint les rangs de Daesh en Syrie, certains avec leur famille. Daesh est soutenu par certains pays arabes, notamment par les pays du Golfe, où plus de 80% de l'opinion publique lui est favorable. Ils voient dans Daesh la revanche des Arabes sunnites contre les Chiites et un moyen d'empêcher l'Iran d'accéder au rang de puissance centrale dans cette région, surtout avec la perspective de la signature de l'accord sur le nucléaire iranien.

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales