Base de drones au Niger : un «hub majeur» assurant l’emprise américaine sur l'Afrique ?

Image d'illustration© U.S. Air Force/Tech. Sgt. Effrain Lopez Source: Reuters
Image d'illustration

Le grand chantier «au milieu de nulle part» montre que les Etats-Unis veulent être en mesure d'attaquer n’importe qui et à tout moment, tout en se faisant encore plus d'ennemis, affirme l’ancien commandant de la marine américaine Leah Bolger.

D’après Bolger, l'armée américaine a affiché «beaucoup d'intérêt pour l'Afrique au cours de ces dernières années», en commençant par la séparation du commandement militaire spécialisé pour l'Afrique (Africa Command) du commandement européen. Depuis lors, «les Etats-Unis ont injecté dans la region près de 300 millions de dollars».

«Donc les Etats-Unis ont investi beaucoup et tournent leur attention vers l'Afrique, parce que c’est important d’un point de vue stratégique pour les Etats-Unis d’être en mesure d'attaquer plus facilement des pays comme l'Afghanistan, l'Irak, le Pakistan», a-t-elle expliqué.

L'étendue de la nouvelle base de drones à 100 millions de dollars à Agadez, au Niger, indique que les Etats-Unis sont venus dans la région pour y rester. Le montant initial de 50 millions de dollars consacré à l'édification du site militaire a récemment doublé, ce qui montre à quel point les intentions de Washington sont sérieuses.

«De même, la piste qu'ils construisent est capable de recevoir des C-17, qui sont de très imposants avions cargo – voire les plus gros avions cargo que possèdent les Etats-Unis. Pourquoi auraient-ils besoin de faire atterrir des avions aussi grands au milieu de nulle part ? Il me semble qu'ils construisent cet endroit pour en faire un hub majeur en vue des actions militaires à mener dans la région», suppose Bolger.

L'utilisation des drones à la fois multiplie les ennemis des Etats-Unis et désensibilise les militaires

L'argent versé en échange d’une présence militaire américaine dans la région est une manne pour les pays africains, mais «ceci n'est rien comparé au budget du Département américain de la Défense, qui s’élève à peu près à [500 milliards] de dollars par an».

«Ce n’est rien pour le gouvernement américain, mais c’est beaucoup pour ces pays appauvris de la région... Une centaine de millions de dollars, ce n’est rien, et les Américains ne s'en rendront même pas compte. Cependant, une centaine de millions de dollars, cela représente beaucoup pour le gouvernement nigérien.»

Depuis que «l'armée des Etats-Unis est réellement vénérée par le public américain», la guerre des drones est promue par le gouvernement américain comme une mesure permettant de «sauver des vies américaines», ce qui est tout ce «dont se soucie vraiment l'opinion américaine». Bolger croit que l'utilisation des drones à la fois multiplie les ennemis des Etats-Unis et désensibilise les militaires.

«Mais en fait, les frappes de drones – et c’est ce qui est le plus ironique – créent des ennemis de façon exponentielle. Les Etats-Unis ne savent même pas qui ils tuent.»

«Donc nous sommes en train de prolonger cette guerre, la guerre contre le terrorisme, qui ne finira jamais. Et je ne pense pas vraiment que les Etats-Unis veuillent qu’elle finisse, parce que l'économie américaine repose sur l'industrie de la défense et cela enrichit énormément beaucoup de monde», a conclu Bolger.

Lire aussi : Afghanistan : une frappe américaine dirigée contre Daesh fait des victimes civiles

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales