Romano Prodi : le Brexit sera une leçon pour l'Europe

Romano Prodi© François Lenoir Source: Reuters
Romano Prodi

Le système européen «ne fonctionne pas» et la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne est un «signe alarmant» pour tous les dirigeants européens. Romano Prodi, président de la Commission européenne (1999-2004), réagit à l'annonce du Brexit.

RT : Pensez-vous que le résultat de ce référendum va forcer Bruxelles à ajuster ses politiques et peut-être, à faire passer des réformes ?

Romano Prodi (R. P.) : Je l'espère, parce que l'Europe a été construite à la hâte, le système ne fonctionne pas, et cela ne plaît à personne. Et maintenant, nous nous retrouvons dans cette situation. Je pense que ce sera une leçon pour l'Europe qui lui permettra d'améliorer ses affaires. Je suis désolé que les Britanniques sortent, mais ils n'ont toujours été qu'à moitié dans l'UE. [Ils n'étaient pas] dans la zone euro, ils n'étaient pas impliqués dans les décisions relatives à la politique européenne, ils ne participaient pas [aux affaires de] la circulation des personnes. Dieu merci, la décision a été prise. Je suis désolé que cela se passe comme ça. [Le Premier ministre David] Cameron a utilisé la présence du Royaume-Uni au sein de l'Union européenne comme un outil personnel de sa politique intérieure. Que peut-on faire, c'est la vie.

La maladie va progresser lentement, si on ne développe pas une nouvelle politique européenne

RT: Le président du Conseil européen, Donald Tusk, a déclaré qu'il serait très difficile de prévoir les conséquences politiques pour l'Union européenne et pour le Royaume-Uni. David Cameron a lui-même qualifié la sortie de l'Union européenne de saut dans l'obscurité, dans l'inconnu. Etes-vous d'accord avec cela ou croyez-vous que cette décision aura un effet domino et provoquera des référendums en France, en Suède, aux Pays-Bas ?

R. P. : Il n'y aura pas d'effet domino. Mais la maladie va progresser lentement si on ne développe pas une nouvelle politique européenne. La plus grande responsabilité incombe à l'Allemagne, un pays [qui a un rôle] de premier plan, mais il n'en assume pas la responsabilité. Le leader prend en compte les intérêts de tous les membres de la communauté, mais l'Allemagne ne le fait pas. Nous avons besoin d'une Union plus forte, mais je crois aussi que la décision de la Grande-Bretagne est un signal d'alerte important, et non seulement les dirigeants allemands, mais aussi les dirigeants de tous les pays européens vont l'entendre.

Lire aussiBrexit, «coup de pied au c**» : réactions à chaud de personnalités françaises obtenues par RT France

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales