Washington à Ankara : l’OTAN ne va pas venir à votre secours en Syrie

© Umit Bektas Source: Reuters

En adoptant avec la Russie les conditions de la cessation des hostilités, les Etats-Unis ont montré aux Turcs qu’ils ne soutiendraient pas la tentative d'Ankara d’ envoyer des troupes en Syrie, estime Jim Jatras, ancien diplomate américain.

RT : Dans quelle mesure peut-on être confiant quant à la viabilité de cet accord ?

Jim Jatras: Je ne suis pas vraiment confiant, mais c’est  la nouvelle la plus positive du moment.  Une telle chose ne se produirait pas et il n’y aurait même pas d’occasion pour un cessez-le-feu viable sans la campagne aérienne russe en Syrie et le progrès  de l’armée syrienne, les groupes terroristes soutenus par la Turquie, l’Arabie Saoudite, et – soyons honnêtes – par les Etats-Unis étant désormais dans une très mauvaise posture et cherchant essentiellement la paix.

Si l’accord est viable, s‘ils peuvent vraiment se mettre d’accord sur la question de qui sont vraiment des terroristes en plus d’al-Nosra et Daesh, c’est à voir. Beaucoup d’autres pièges peuvent survenir, comme, par exemple,  des provocations destinée à montrer que l’armée syrienne « viole le cessez-le-feu » quand c’est en réalité l’œuvre d’un des groupes rebelles. Nous avons beaucoup à faire, mais c’est au moins une chemin possible vers un règlement négocié de cette crise.

La Turquie est vraiment obsedée par les Kurdes

RT : Le Département d'État des États-Unis a déclaré que la cessation des hostilités est  multilatérale, qu’elle concerne aussi les bombardements turcs des Kurdes en Syrie.  Que pensez-vous, la Turquie va-t-elle se plier à cette exigence ?

JJ: C’est difficile à dire. Si vous regardez le texte de l’accord, il n’y a pas de mention particulière quant à la Turquie ou l’Arabie saoudite, bien que je suppose que vous pourriez le déduire de la mention «la coalition menée par les États-Unis» dont ils ne sont pas membres. La Turquie est vraiment obsedée par les Kurdes et ils soutiennent différents groupes terroristes en Syrie.  Je pense qu’une des raisons à cet accord entre les Etats-Unis et la Russie est le fait que les Turcs et les Saoudiens ont clamés haut et fort leur volonté d’intervenir avec une opération terrestre pour sauver - soyons réalistes – leurs «actifs» terroristes, mais seulement si les Américains se mettaient à la tête de cette opération. Nous avons clairement dit que les Américains n’allaient pas se mettre à la tête d’une telle intervention et leur bluff  a été éventé – c’est la raison pour laquelle nous sommes dans cette situation aujourd’hui.

RT: Quelles mesures pourraient être prises contre la Turquie s'ils violaient le cessez-le-feu ?

Je ne considère pas le gouvernement syrien comme un autre groupe quelconque sur ce terrain – c'est le gouvernement légitime de la Syrie

JJ: La mise en application [du cessez-le-feu] va être extrêmement difficile. Mais si la Turquie devait envoyer ses forces en Syrie, ce serait complètement illégal ; elles seraient frappées par des représailles de l'armée syrienne et de l'appui aérien russe. Washington a expliqué à Ankara « vous êtes autonomes, et si vous êtes assez stupides pour envoyer vos forces en Syrie et pour ensuite être frappés par les Russes, ne vous attendez pas à ce que l'OTAN vienne à la rescousse ».

RT: Le porte-parole de la Maison Blanche a dit qu’ils pourraient y avoir quelques problèmes dans la mise en application du projet. À quoi faisait-il références ? À quels obstacles pourraient-ils faire face ?

JJ: Il y a un certain nombre de choses. Qui constituent des groupes terroristes ? Quelles provocations peuvent avoir lieu ? Quel est le mécanisme d'application dans ce cas ? Le chemin sera long avant de parvenir à régler cela, et même en imaginant qu’ils fassent tous preuve de la meilleure des volontés, – ce qui, dans l’actuelle Syrie, est faire preuve d’une grande imagination – il y a beaucoup de choses qui pourraient dégénérer. Je pense que c’est une des raison pour lesquelles l'option militaire de Damas avec l'appui de Moscou doit perdurer.

Il devrait être clair à tout le monde qu'Assad restera et nous verrons une certain forme de restructuration de l'état syrien

RT: L'armée syrienne a gagné beaucoup de terrain, et par là à récemment renforcé la position d'Assad dans le pays. Qu’est-ce que le cessez-le-feu signifie pour ce camp ?

JJ: L'armée syrienne rencontre des succès dans ses opérations contre Daesh. On peut désormais penser que l'armée syrienne pourrait commencer à avancer vers Raqqa. Rien dans cet accord ne va l’en empêcher et il semble qu’elle sera à même d’impliquer bien plus de ressources dans la lutte contre Daesh et contre le Front al-Nosra.

RT: Quelle est l’emprise que la Russie peut avoir sur la Syrie ?

JJ:  Je pense que les Russes ont évidemment une certaine emprise sur les Syriens, mais c’est un vrai partenariat. Je ne considère pas le gouvernement syrien comme un autre groupe quelconque sur ce terrain – c'est le gouvernement légitime de la Syrie. C'est pourquoi j’essaie d’éviter les propos du type: «Bien, c’est une période de transition, peut-être Assad partira-t-il, etc.»  Il devrait être clair à tout le monde qu'Assad restera et nous verrons une certain forme de restructuration de l'état syrien, peut-être qu’une sorte d’autonomie sera offerte aux Kurdes ou aux autres minorités syriennes, mais je ne pense pas que nous puissions douter que le gouvernement restera en place et Assad avec.

LIRE AUSSI : Syrie : «la confusion est extrême»

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales