Robert Ménard : Marine Le Pen doit s'ouvrir aux Français en quittant la direction du FN

© Pascal Guyot Source: AFP

Proche du Front National, le maire de Béziers, qui appelle sa présidente à quitter son poste pour rassembler davantage les Français et la droite patriotique, explique le sens de sa démarche pour RT France.

RT France : L’article de Valeurs actuelles vous cite en disant que vous vous êtes prononcé pour que Marine Le Pen quitte son poste de présidente du Front national (FN). Pourquoi pensez-vous que c’est important ?

Robert Menard : Cela me semble même essentiel. Vous savez, l’élection au suffrage universel du président de la République, c’est tenter de construire un lien entre une personne et les Français. Pour ça, ce n’est pas la représentante, la patronne, la présidente d’un parti qui doit s’engager, c’est Marine Le Pen elle-même. Il faut qu’elle soit à l’écoute des Français et qu’elle réponde aux Français. Pour cela, il me semble nécessaire, ça s’est fait dans le passé, de quitter la direction de son parti. Comme ça, elle ne sera pas empêtrée dans les problèmes de son parti, les problèmes d’organisation, et elle pourra se concentrer à tisser des liens avec les Français.

C’est pour cela que je pense que c’est nécessaire. En plus, ça lui permettra d’élaborer un programme qui, sans trahir évidemment ce qu’elle pense, sans trahir ce qu’elle a toujours dit à la tête du Front national, soit plus large, plus consensuel, puisse être une sorte de programme commun de la droite. Oui, ça me semble indispensable si elle veut gagner les élections.

RT France : Est-ce que quitter le poste de présidente du Front national signifie, à votre avis, une rupture avec le FN ou juste une adaptation ?

R.M. : Non, il ne s’agit pas de rompre avec le Front national, il s’agit simplement de dire «Je ne suis pas seulement la candidate du Front national, je suis la candidate des patriotes, de l’ensemble de la droite patriotique en France». C’est ça qui me semble nécessaire. Et pour ça, il faut qu’elle quitte la direction de son parti. Je pense que c’est la condition pour que tout un tas de gens qui ne sont pas au Front national, qui partagent un certain nombre d’idées avec le Front national, mais pas toutes les idées du Front national, se mobilisent et appellent à voter pour elle, et votent pour elle à la présidentielle. Non, il ne s’agit pas de rompre avec son parti, mais il s’agit, pendant la période électorale, de prendre une distance par rapport à son parti.

RT : Pensez-vous que ça peut vraiment l’aider à gagner l’élection présidentielle ?

R.M. : Ça peut l’aider si en même temps, et c’est ce que j’ai proposé, le Front national change de nom, parce que ça me semble un nom qui est trop marqué et qui fait peur encore à un certain nombre de gens.

Il faut qu’elle s’ouvre à d’autres personnalités et surtout, il faut que sur un certain nombre de points de son programme, elle évolue, elle change. Sur l’euro, sur sa vision du rôle de l’Etat, sur le libéralisme économique, elle doit évoluer pour pouvoir réunir des gens au-delà du Front national.

Aucun parti ne gagne à lui tout seul une élection présidentielle. C’est une coalition de gens et pour constituer cette coalition, il faut un programme qui soit acceptable par des gens qui ne sont pas au Front national.

RT France : Vous parlez justement du fait que le parti droit changer de nom, mais Marine le Pen ne peut pas changer de nom, elle est la fille de Jean-Marie Le Pen. Pensez-vous que ça puisse jouer un rôle au cours de la campagne électorale ?

R.M. : Je pense que Marine Le Pen, en septembre de l’année dernière, quand elle a rompu avec son père, a fait un geste essentiel, qui explique en partie ce qu’elle est devenue aujourd’hui, ce qu’est devenu le Front national aujourd’hui, soit le premier parti de France. S’il n’y avait pas eu ça, je ne pense pas que ça aurait pu arriver. Maintenant, il faut aller plus loin, il faut aujourd’hui s’ouvrir davantage et je pense que ça passe par un changement de nom du parti.

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales