Une vingtaine de parlementaires français dénoncent depuis Moscou des sanctions jugées «stupides»

Les drapeaux de l'UE© Capture d'écran d'une vidéo de RT
Les drapeaux de l'UE

Une délégation française en visite en Russie plaide pour la levée des sanctions contre Moscou à leur expiration en juillet, constatant qu’elles n’ont donné aucun résultat positif.

Une délégation conduite par le député des Français de l'étranger Thierry Mariani et composée de 20 autres parlementaires français est venue savourer le printemps moscovite ce jeudi 9 avril sur l’invitation du porte-parole de la Douma Sergeï Narychkine. Le voyage a été l’occasion d'exprimer de vives critiques à l'égard de la politique des sanctions antirusses.

Thierry Mariani, député  des Français de l’étranger, a qualifié les sanctions de «stupides» et souligné que la politique de sanctions n’a jamais abouti à des résultats concrets.

«Les parlementaires qui étaient là ont rappelé que, pour eux, ces sanctions étaient stupides. La politique de sanctions, d’ailleurs, n’aboutit jamais à des résultats concrets comme le montre la réconciliation soixante ans après entre les Etats-Unis et le ».

Le parlementaire espère que les sanctions seront levées en juillet car le meilleur moyen de promouvoir la coopération économique avec la Russie, pour lui, est de retrouver la voie du dialogue.

«Donc, nous espérons qu’en juillet, ces sanctions seront levées parce que le meilleur moyen de rétablir le dialogue pour la paix, le meilleur moyen de continuer  la coopération économique profitable à nos deux peuples, c’est justement de retrouver la voie du dialogue».

Mariani a dit que la France, la  et l’Europe en général avaient des intérêts communs et beaucoup d'atouts pour coopérer. 1 200 entreprises françaises n’ont pas quitté la Russie malgré les sanctions imposées par les Etats-Unis. 

«1 200 entreprises françaises sont présentes en Russie, aucune n’est partie malgré les sanctions. Aucune n’est partie parce qu’elles ont confiance dans l’avenir malgré les difficultés du présent. Et l’intérêt de la France, l’intérêt de la Russie, l’intérêt de l’Europe, c’est de continuer notre coopération».

La députée MRC (Mouvement Républicain et Citoyen) Marie-Françoise Bechtel, qui s'est joint au mouvement, s’est prononcée à son tour contre la politique des sanctions qu’elle estime nuisible pour les deux parties.

«[…] elles [les sanctions] punissent aussi bien ceux qui les infligent que ceux qui les reçoivent. Elles sont mauvaises pour notre économie. Et au-delà, elles sont mauvaises pour ce dialogue tellement nécessaire dont je parlais».

La députée a mis en cause l’imposition par les  d’une politique des sanctions qu’eux-mêmes transgressent. Bechtel, pour appuyer ses dires, se réfère à des chiffres qui prouveraient que les exportations américaines ont légèrement progressé en Russie depuis les premières sanctions.

 «Les Etats-Unis aiment les sanctions à géométrie variable. C’est-à-dire celles qu’ils obligent les autres à appliquer et qu’en fait, ils n’appliquent pas eux-mêmes. Nous avons des chiffres qui prouvent que les exportations des Etats-Unis sont plutôt en augmentation, et les exportations venant de l’Union européenne vers la Russie sont en diminution au contraire.»

Pour cette raison, Marie-Françoise Bechtel a souligné que la France,  et d'autres pays de l’UE doivent garder la tête froide et élaborer leur propre politique indépendamment des Etats-Unis. 

«C’est une très mauvaise chose pour l’ensemble des pays de l’Union Européenne, bien entendu. Mais ce qu’il faut, c’est que l’Union européenne redresse la tête et ait enfin une politique  indépendante  vis-à-vis des Etats-Unis.  C’est difficile mais quelques Etats comme la France et l’Allemagne en prennent conscience aujourd’hui. A la faveur de la crise ukrainienne, il faut bien dire.» 

Au même moment, le député européen frontiste Aymeric Chauprade a défendu à l’antenne de RT une refondation de la politique européenne vis-à-vis de la Russie.

«Nous croyons sincèrement qu’il faut un nouvel équilibre en Europe. Nous avons besoin de très bonnes relations avec la Russie, pas seulement entre la France et la Russie, mais aussi entre les pays européens et la Russie. C’est une question de paix, c’est une question de la stabilité, et c’est la raison pour laquelle nous rejetons entièrement le jeu des Etats-Unis en Europe qui consiste à mettre la pression sur la Russie au sujet de l’Ukraine. C’était un jeu stupide et contreproductif.»

Le proche de , lui aussi, a déploré le prix élevé que les nations européennes ont payé en sanctionnant la Russie. Les échanges commerciaux entre la Russie et les Etats membres de l’UE, si l’on en croit Chauprade,  ont chuté de 19,8 milliards d’euros.

«Le résultat est la perte de 19.8 milliards d’euros d’échanges commerciaux entre les pays européens et la Russie à cause de l’embargo, à cause des sanctions contre la Russie. C’est une catastrophe économique, nous avons endommagé nos relations avec la Russie et nous devons maintenant les reconstruire et refonder une politique judicieuse envers la Russie».  

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales