Macron réaffirme soutenir Kiev mais refuse de qualifier la Russie d'«Etat parrain du terrorisme»

Macron réaffirme soutenir Kiev mais refuse de qualifier la Russie d'«Etat parrain du terrorisme»© Ludovic Marin Source: AFP
Le président français Emmanuel Macron s'est exprimé à l'occasion de la réunion du G7 en Allemagne.
Suivez RT France surTelegram

S'il n'a pas souhaité suivre son homologue ukrainien qui a qualifié la Russie d'«Etat parrain du terrorisme», le président français a réaffirmé qu'il fallait empêcher la victoire de Moscou sur Kiev, y compris au moyen de nouvelles livraisons d'armes.

Pas d'alignement complet sur les positions de l'Ukraine, mais un engagement réaffirmé à ses côtés face à la Russie : le président français Emmanuel Macron a une nouvelle fois donné dans le registre du «en même temps» au cours d'une conférence de presse tenue ce 28 juin à l'issue des travaux du G7 réuni à Elmau en Allemagne. 

A cette occasion, le président français a répondu à une question sur les sanctions prises contre Moscou et réagi à la demande de son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky, qui avait demandé à ce que la Russie soit désignée comme «Etat parrain du terrorisme». Une revendication formulée après l'incendie qui s'est déclenché dans un centre commercial à Krementchouk le 27 juin, conséquence d'une frappe délibérée selon Kiev, tandis que Moscou a contesté cette version, affirmant que la destruction d'un dépôt d'armes fournies par les Occidentaux, situé à proximité, était à l'origine des dégâts dans ce «centre commercial non fonctionnel».

«Nous n'avons pas besoin de quelque qualification que ce soit pour porter ces sanctions» à l'encontre du Kremlin, a affirmé le chef de l'Etat, tout en condamnant les «crimes de guerre» commis selon lui par Moscou. Il a par ailleurs insisté sur le fait que «la Russie ne peut ni ne doit gagner» le conflit en cours, selon lui appelé à durer. «Personne ne s'inscrit dans une fin de la guerre qui soit dans les prochaines semaines ou les mois qui viennent», a-t-il souligné, mettant en avant l'engagement des membres du G7 à soutenir l'Ukraine dans la durée.

«Nous continuerons de sanctionner la Russie, de soutenir l'Ukraine et son peuple, pour obtenir soit une victoire complète de l'Ukraine, soit la possibilité, dans des termes et au moment qui seront choisis par les Ukrainiens, de mener la négociation qui sera la leur, à leurs conditions», a-t-il développé, martelant qu'il n'y avait «pas d'autre option» aux yeux du G7 et de la France.

Les membres du G7 ont souhaité apparaître soudés et déterminés dans la crise, comme l'illustrent les propos de l'hôte du sommet, le chancelier Olaf Scholz. «Le G7 reste uni dans son soutien à l'Ukraine», a-t-il déclaré à l'issue des discussions, ajoutant : «Nous continuerons à maintenir et à augmenter les coûts économiques et politiques de cette guerre pour le président [Vladimir] Poutine.» Revenant sur les coûts de ce soutien pour les économies occidentales, le Premier ministre britannique Boris Johnson a quant à lui déclaré à la BBC que «le prix de la liberté vaut la peine d'être payé», n'hésitant à comparer la mobilisation actuelle de l'Occident contre l'offensive russe avec la lutte des démocraties confrontées à l'Allemagne nazie pendant la Seconde Guerre mondiale.

Nouvelles livraisons d'armes françaises

Outre les sanctions économiques visant à mettre à mal l'économie russe, la France a annoncé, par la voix du nouveau ministre des Armées Sébastien Lecornu, qu'elle s'apprêtait envoyer des véhicules blindés de transport de troupes en Ukraine «dans des quantités significatives». Lors d'une interview donnée le 27 juin au Parisien, le ministre a aussi confirmé l'envoi à Kiev de six canons Caesar supplémentaires en sus des douze déjà déployés face aux forces russes. Il n’a en revanche donné aucune précision sur la date prévue pour cet envoi, annoncé par le chef de l'Etat le 16 juin lors de sa visite à Kiev.

Quant à la livraison de missiles anti-navires demandée par Kiev, Sébastien Lecornu s’est borné à indiquer que cela «fait partie des dossiers examinés», sans donner plus de détails. Depuis le début de l'offensive militaire lancée par Moscou en Ukraine le 24 février, Paris a livré à l'Ukraine, outre les canons Caesar, des missiles anti-chars Milan ou encore des missiles anti-aériens Mistral. Mi-avril, Florence Parly, alors ministre des Armées, avait chiffré à plus de cent millions d'euros les équipements militaires fournis.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix