Des membres de la famille de Julian Assange en appellent aux Européens pour bloquer son extradition

- Avec AFP

Des membres de la famille de Julian Assange en appellent aux Européens pour bloquer son extradition© TIMOTHY A. CLARY Source: AFP
Le père et le frère de Julian Assange, John et Gabriel Shipton à New York le 17 juin (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Le père et le frère de Julian Assange ont déclaré compter sur les Parlements de pays européens pour bloquer l'extradition du fondateur de WikiLeaks du Royaume-Uni vers les Etats-Unis.

«Je pense qu'il y a de grandes chances d'arrêter cette extradition. Nous bénéficions d'un soutien important au sein des nations européennes», a déclaré Gabriel Shipton, frère de Julian Assange, lors d'un point de presse à New York le 17 juin, devant le consulat général britannique.

Gabriel Shipton s'est félicité du «soutien de groupes parlementaires à travers toute l'Europe». Aux côtés de son père John Shipton, Gabriel Shipton a également assuré que le dossier Assange «irait devant la Cour européenne des droits de l'Homme [CEDH]», à Strasbourg.

Des soutiens autour du monde 

D'après John Shipton, «au sein de toutes les nations européennes, les Parlements ont des partisans de Julian Assange», ainsi que «dans toutes les nations d'Amérique du Sud conduites par le président mexicain [Andrés Manuel Lopez] Obrador».

Le gouvernement britannique a annoncé le 17 juin avoir signé le décret d'extradition vers les Etats-Unis du fondateur de WikiLeaks, qui va faire appel. L'Australien de 50 ans est poursuivi aux Etats-Unis, où il risque 175 ans de prison pour une fuite massive de documents confidentiels.

Sa famille et ses partisans estiment qu'il a toujours été un journaliste et un défenseur des libertés de la presse et d'expression. «Nous avons foi en les peuples du monde entier [qui] comprennent quels sont les principes en jeu dans cette affaire, en particulier aux Etats-Unis», a plaidé Gabriel Shipton.

Il a estimé que la volonté de la justice américaine de voir Julian Assange jugé sur son sol se fondait sur une interprétation «large de la loi sur l'espionnage afin de s'attaquer au premier amendement [de la Constitution] et limiter la liberté de la presse».

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix