Le Royaume-Uni accusé de détenir des renseignements sur le crash de l’A321

Le lieu du crash de l'A321© Mohamed Abd El Ghany
Le lieu du crash de l'A321

Le Kremlin a accusé Londres de ne pas partager des renseignements cruciaux qui indiquent que le crash de l’avion russe dans le Sinaï qui a fait 224 morts a été provoqué par une bombe de Daesh.

Six jours après la tragédie qui a tué 224 personnes, dont 25 enfants, les enquêteurs russes et égyptiens doivent encore remettre leurs conclusions sur les causes du crash et se concentrent sur une potentielle défaillance technique.

Cependant, des doutes ont été jetés sur cette théorie lorsque le Premier ministre britannique David Cameron a annoncé jeudi qu’il était «plus probable» qu’une bombe soit à l’origine du crash.

Avant cela, le gouvernement britannique avait ordonné la suspension de tous les vols entre le Royaume-Uni et Charm el-Chiekh. Selon la chaîne de télévision ITV News, une partie du «renseignement électromagnétique» que le Quartier général des communications du gouvernement avait recueilli est à l’origine de cette décision.

Lors d’une conversation de dix minutes par téléphone entre David Cameron et Vladimir Poutine, le Premier ministre a été accusé «d’agir avant de connaître les faits», si l’on croit le tabloïd britannique The Sun.

David Cameron a défendu ses actions et a affirmé au président russe qu’il ne regrettait pas d’avoir suspendu les vols car il l’a fait pour «protéger» les citoyens britanniques.

En savoir plus : Charm el-Cheikh : vols suspendus, touristes coincés

«Vraiment choquant»

Des critiques se demandent pourquoi le Royaume-Uni retient des renseignements si ces derniers auraient pu prévenir un attentat terroriste.

La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a qualifié «vraiment choquant» l’échec britannique de transmettre ces renseignements.

«C’est vraiment choquant de penser que le gouvernement britannique dispose de ce type d’informations qui pourrait faire la lumière sur ce qui s’est produit dans le ciel au-dessus de l’Egypte», a-t-elle déclaré aux médias russes.

«Si telles informations existent et en jugeant par ce que le ministre des Affaires étrangères a dit, personne ne les a transmises à la Russie».

Le ministre britannique Philip Hammond a déclaré qu’il y avait «une possibilité significative» que l’Etat islamique soit à l’origine du crash de l’avion.

Des responsables britanniques estiment qu’une bombe a été placée dans la soute à bagages de l’Airbus dans l’aéroport de Charm el-Cheikh.

Le ministre britannique des Transports Patrick McLoughlin a confirmé que le Royaume-Uni avait reçu des preuves que «cela pourrait être une bombe».

«Cameron essaie de garder les Britanniques en sécurité»

Une porte-parole du Premier ministre britannique a dit que Downing Street ne pouvait pas commenter des affaires de renseignement.

Elle n’a pas confirmé non plus la possibilité qu’aurait eu David Cameron de partager ces renseignements avec Vladimir Poutine lors de leur conversation téléphonique.

«Le président Poutine a souligné qu’il pensait que tous les pays devaient attendre que l’enquête soit terminée», a-t-elle indiqué.

Lors d’une conférence de presse conjointe le 5 novembre, le Premier ministre britannique Davis Cameron et son homologue Abdel Fattah al-Sissi ont dit qu’ils «travailleraient dur» pour assurer la restauration des vols vers et en provenance de Charm el-Cheikh le plus vite possible.

 

 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales