EN CONTINU : les vols entre Russie et Egypte suspendus jusqu’à nouvel ordre suite au crash de l’A321

Source: Reuters

Un avion de ligne reliant Charm El-Sheikh à Saint-Pétersbourg a disparu des écrans radar peu après le décollage et s'est écrasé en Egypte avec à bord, 217 passagers et 7 membres d'équipage.

  • L'agence russe du transport aérien Rosaviatsia a interdit les vols de la compagnie aérienne égyptienne EgyptAir à partir du 14 novembre 2015. Les responsables égyptiens sont en contact avec la Russie pour connaître les raisons de l’annulation des vols d’EgyptAir qui n’ont pas encore été divulguées.

  • Selon le journal russe Kommersant, la Russie pourrait suivre l’exemple israélien dans le renforcement des mesures de sécurité aérienne. Cette question aurait été discutée lors d’une rencontre de travail avec le directeur du Service fédéral de sécurité Alexandre Bortnikov.

    L’idée consiste à renforcer les mesures de sécurités dans les aéroports étrangers qui accueillent des avions russes, comme c’est déjà le cas pour les avions des compagnies israéliennes. Des mesures qui se répercuteraient alors sur le prix des billets à hauteur d’une vingtaine de dollars.

  • L’Egypte transmettra une copie du contenu des boîtes noires de l’A321 à l’étranger, a fait savoir le ministre de l’aviation civile, Hossam Kamal. «Les sons seront analysées par un équipement spécial disponible que dans quelques pays. Les sept dernières minutes de l’enregistrement des «boîtes noires» seront envoyées dans un des pays qui a fabriqué l’appareil et qui dispose de cet équipement pour analyser le son et ses origines. L’original de l’enregistrement ne sera pas envoyé», a indiqué le ministre sans préciser non plus dans quel pays ces données seront envoyées.

  • L’Egypte a accepté la proposition d’aide de la FBI (Bureau fédéral d'enquête américain) portant sur l’investigation de la catastrophe de l’A321 en Egypte, a déclaré le ministre des Affaires étrangères de l’Egypte Sameh Shoukry cité par Interfax.

    «Nous avons reçu la proposition américaine de rejoindre le groupe d’experts chargé de l’enquête, et l’ont acceptée immédiatement», a-t-il annoncé.

    Le ministre a expliqué cette décision par le fait que les Etats-Unis participaient dans la construction des moteurs d'Airbus.

  • Le chef de l'administration présidentielle Sergueï Ivanov a annoncé que les vols entre la Russie et l’Egypte étaient suspendus pour longtemps, pour plusieurs mois au minimum. Cependant, l’arrêt des vols avec les autres pays du Proche-Orient n’a pas été rapporté, a souligné le responsable.

    Quant à l’origine du crash de l’A321, Ivanov a noté que l’attaque terroriste ne représente qu’une des versions possibles, et qu’il est trop tôt pour en tirer des conclusions définitives.

  • Le président russe a signé l’ordre d’interdiction temporaire des vols entre la Russie en Egypte. «Les compagnies aériennes n’ont plus la permission de transporter des citoyens du territoire de la Fédération de Russie en République arabe d’Egypte», peut-on lire dans ce document.

  • Le 8 novembre, les cloches de la cathédrale Saint-Isaac de Saint-Pétersbourg  on sonné 224 fois en mémoire des victimes du crash de l’A321 qui s'est écrasé le 31 octobre dans le Sinaï.

  • Le chef de la commission d’enquête, Ayman el-Moqadem, a donné sa première conférence au Caire. Il a confirmé un bruit et la dislocation de l’appareil mais a précisé qu’une analyse à large spectre permettrait d’identifier la nature exacte de ce bruit.

    L’enquête sur les circonstances du crash de l’A321 dans le Sinaï se poursuit. Il est encore trop tôt, selon le chef de la commission d’enquête pour pouvoir se prononcer sur les causes exactes de l’accident alors que de nombreuses fuites laissent penser qu’il aurait été provoqué par l’explosion d’une bombe. «On ressemble toujours des informations […]Je n’exclus aucun scénario mais je ne vais pas spéculer sur les faits».
    Il a toutefois reconnu qu’un bruit s’était produit juste avant la dislocation de l’appareil en plein vol. Avant de préciser juste après qu’il était nécessaire de lui faire passer une analyse à large spectre afin de déterminer sa nature exacte.

    L’Egypte a aussi appelé toutes les parties impliquées dans l’enquête sur le crash de l’A321 à partager les informations dont elles disposent.

  • Des équipes de secours russes avec des commandants militaires égyptiens ont observé une minute de silence et ont déposé des fleurs sur l'aile de l’A321 qui s’est écrasé dans le Sinaï le 31 octobre.

  • Suite aux spéculations multiples qui ont inondé les médias ces derniers jours, le ministrère des Affaires étrangères égyptien a déclaré qu'aucune «hypothèse» ne ressortait à ce stade de l'enquête sur le crash du vol 7K9268 car «les renseignements étrangers n'ont pas été communiqués à l'Egypte», selon l'AFP.

Un avion civil russe est «tombé dans le centre de la péninsule du Sinaï», a confirmé samedi matin, peu avant 9 heures, le Premier ministre égyptien, Chérif Ismaïl. L'avion devait relier les villes de Charm El-Sheikh, en Egypte, et Saint-Pétersbourg. Il s'agit du vol 7K9268 de la compagnie russe Kolavia.

Selon les informations divulguées par les autorités égyptiennes, 217 passagers ainsi que 7 membres d'équipage se trouvaient à bord au moment du crash. Principalement, des touristes russes rapportent les médias égyptiens.

L'Airbus A-321, appartenant à la petite compagnie aérienne de Sibérie occidentale Kolavia, a disparu alors qu'il survolait la péninsule du Sinaï. 

Un haut responsable de l'autorité de contrôle de l'espace aérien a indiqué à l'AFP que la communication avait été coupée avec un avion charter russe 23 minutes exactement après son décollage. 

Chérif Ismaïl, le Premier ministre égyptien, «doit réunir les ministères et les autorités compétentes pour suivre l'accident de l'avion civil russe qui est tombé dans le centre du Sinaï», rapporte un communiqué de son bureau.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales