«Double tranchant» : Vladimir Poutine met en garde contre la nationalisation des actifs russes

«Double tranchant» : Vladimir Poutine met en garde contre la nationalisation des actifs russes© Mikhail KLIMENTYEV / SPUTNIK
Le président russe Vladimir Poutine préside une réunion en visioconférence, le 31 mars 2022.
Suivez RT France surTelegram

Lors d'une réunion consacrée aux questions économiques, le président russe a fustigé la «pression» exercée contre Gazprom en Europe, soulignant que nationaliser des actifs russes serait «une arme à double tranchant».

Le président russe a commenté la crise gazière lors d'une réunion ce 5 avril consacrée au secteur agricole et réunissant membres du gouvernement, syndicats agro-alimentaires et acteurs majeurs de l'industrie. Les téléspectateurs suivant sa retransmission ont pu l'entendre déplorer : «La situation dans le secteur de l’énergie se détériore en raison de mesures non commerciales sévères, notamment la pression administrative exercée sur notre entreprise Gazprom dans certains pays européens.
Mais enfin, nous pouvons aller trop loin comme ça ! N’oublions pas qu’il s’agit d’une arme à double tranchant.»

Ces propos interviennent alors que l'Allemagne a annoncé la veille prendre le contrôle temporaire d'une filiale allemande du géant gazier, Gazprom Germania, afin d'assurer la pérennité des approvisionnements en gaz. Précédemment, l'entreprise russe avait annoncé qu'elle mettait fin à sa participation dans cette filiale, ce qui aurait suscité les inquiétudes de Berlin. 

Vladimir Poutine n'a pas hésité à accuser les pays européens de «rejeter sur la Russie leurs propres erreurs» dans le domaine énergétique et agricole. «De plus, nous entendons déjà des déclarations de certains responsables évoquant une nationalisation éventuelle de certains de nos actifs. Enfin, nous pouvons aller trop loin comme ça ! N’oublions pas qu’il s’agit d’une arme à double tranchant», a-t-il prévenu. Si l'Allemagne se trouvait probablement dans le viseur du président russe lorsqu'il a tenu ses propos, l'avertissement, lui, s'adressait bien à l'ensemble des pays sanctionnant actuellement Moscou. Et à ce titre, il convient de rappeler que le pays le plus exposé de cette coalition anti-russe est bien la France. Car c'est un fait souvent méconnu : plus de 500 entreprises tricolores opèrent en Russie (dont 35 des membres du CAC40), et les 160 000 Russes qui œuvrent pour elles font de la France le premier employeur étranger dans le pays... et donc celui qui serait le plus touché par une vague de nationalisations punitives.

La France, pays le plus exposé en cas de nationalisations massives en Russie

Le président russe a aussi abordé la question des exportations agricoles alors que les sanctions réciproques prises entre le bloc occidental et la Russie sur fond de guerre en Ukraine font craindre des pénuries alimentaires dans nombre de pays, notamment en Afrique mais pas seulement. 

«Il est clair que cette année, dans le contexte de la pénurie alimentaire mondiale, nous devrons gérer plus prudemment les approvisionnements alimentaires vers les pays étranger, notamment surveiller de près les paramètres de ces exportations vers les pays qui mènent à notre encontre une politique manifestement hostile», a-t-il averti.

Il a cependant précisé que l'augmentation de la production agricole en Russie garantissait au niveau national des prix inférieurs au marché mondial pour les denrées alimentaires. 

Sur le plan agricole et alimentaire, de nombreux pays subissent les conséquences du conflit entre la Russie et l'Ukraine, deux fournisseurs clés de produits alimentaires de base dans le monde, notamment les céréales et l'huile de tournesol. 

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix