Pourparlers de paix : Zelensky estime qu'un échec implique «une troisième guerre mondiale»

- Avec AFP

Pourparlers de paix : Zelensky estime qu'un échec implique «une troisième guerre mondiale»© Handout / UKRAINIAN PRESIDENTIAL PRESS SERVICE / AFP
Le président unkrainien Volodymyr Zelensky (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Le président ukrainien s'est de nouveau dit prêt à négocier en personne avec Vladimir Poutine, disant qu'il fallait saisir la moindre chance de mettre fin au conflit. Moscou se positionne pour l'arrêt des combats à plusieurs conditions précises.

«Je suis prêt à des négociations avec [Vladimir Poutine]. Je suis prêt depuis les deux dernières années et je pense que sans négociations, on n'arrêtera pas la guerre», a déclaré le président ukrainien Volodymyr Zelensky, dans un entretien diffusé le 20 mars par CNN. 

S'il existe seulement 1% de chance d'arrêter cette guerre, nous devons la saisir

Le chef d'Etat a défendu la tenue de plusieurs rounds de tractations entre Kiev et Moscou, qui se sont déroulés depuis le lancement de l'opération russe en Ukraine lancée le 24 février, affirmant qu'ils avaient «beaucoup de valeur». «S'il existe seulement 1% de chance d'arrêter cette guerre, nous devons la saisir», a-t-il dit.

La Turquie, qui multiplie les efforts de médiation entre Moscou et Kiev, a assuré ce même 20 mars que la Russie et l'Ukraine avaient fait des progrès dans leurs négociations.

La menace de la «troisième guerre mondiale»

Face à une armée russe entrée en Ukraine pour «exterminer» la population, selon les mots de Volodymyr Zelensky, les Ukrainiens doivent «utiliser tous les formats, toutes les chances d'avoir la possibilité de négocier, la possibilité de parler à [Vladimir] Poutine», a ajouté le président ukrainien. «Mais si ces tentatives échouent, cela voudra dire que [le conflit en Ukraine] est une troisième guerre mondiale», a-t-il mis en garde.

La veille, Volodymyr Zelensky avait déjà plaidé pour des tractations, dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux. «Il est temps de nous réunir. Il est temps de discuter. Il est temps de restaurer l'intégrité territoriale et la justice pour l'Ukraine», avait-il dit.

Les conditions fixées par Moscou

Déclenchée le 24 février dernier, l'opération militaire de la Russie en Ukraine est dénoncée comme une guerre d'invasion, notamment, par les Occidentaux. En outre, l'Assemblée générale de l'ONU a voté le 2 mars en faveur d'une résolution appelant Moscou à retirer «immédiatement, complètement et sans conditions toutes ses forces militaires» d'Ukraine. Le président russe Vladimir Poutine, de son côté, affirme que cette opération militaire vise à «démilitariser» et «dénazifier» l'Ukraine et à venir en aide aux Républiques populaires autoproclamées de Donetsk et Lougansk, dont Moscou reconnaît l'indépendance.

A plusieurs reprises depuis le début des opérations, Vladimir Poutine a souligné que les combats s'arrêteraient quand Kiev accepterait les demandes russes concernant la neutralité et la «démilitarisation» de l'Ukraine, ainsi que la reconnaissance de la souveraineté de Moscou sur la péninsule de Crimée, rattachée à la Russie en 2014, et l'indépendance des républiques du Donbass.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix