La Chine modifie sa loi sur le viol et reconnaît que les hommes peuvent en être victimes

© Twitter Source: Reuters

Les agressions sexuelles visant des hommes est maintenant un crime en Chine depuis que le pays a amendé sa législation en la matière.

Les attentats à la pudeur ou les agressions sexuelles les autres, des hommes ou des femmes, est maintenant puni au minimum d’une peine de cinq ans de prison. Dans l’ancienne loi, le terme «autres» ne signifiait que les femmes. L’amendement a été voté en août, ainsi que l’a noté l’agence de presse Xinhua.

Avant cette réforme, il était difficile d’enregistrer des plaintes concernant des agressions sexuelles sur des hommes étant donné que la loi ne le considérait pas comme un crime. Par exemple, en 2010, un agent de sécurité a violé un collègue masculin dans le dortoir des employés. Au lieu d’être poursuivi pour agression sexuelle, l’agresseur avait été condamné pour un motif moins grave, blessure intentionnelle, et n’avait écopé que 12 mois de prison.

Lors de la révision de la loi, le crime de relations sexuelles avec des prostituées mineures a été abrogé, étant donné que ce crime a été requalifié en viol. Comme sous la précédente loi, le perpétrateur risque un maximum de 15 ans de prison dans le cas où il aurait une relation avec une prostituée de moins de 14 ans, et ceux qui seraient reconnus coupables de viol d’enfant risqueraient alors la peine de mort.

Lire aussi : La Suède ouvre le premier centre pour hommes violés

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales