100 000 militaires en plus sur trois ans : Zelensky veut gonfler les rangs de l'armée ukrainienne

Des soldats ukrainiens déneigent une unité militaire près de Kharkiv, en Ukraine, le 31 janvier 2022 (image d'illustration).© Andrew Marienko Source: AP
Des soldats ukrainiens déneigent une unité militaire près de Kharkov, en Ukraine, le 31 janvier 2022 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Le président ukrainien entend procéder à une augmentation importante des effectifs de son armée. L'annonce intervient dans le contexte d'une crise sécuritaire exacerbée depuis plusieurs semaines entre l'Occident et Moscou, sur le dossier ukrainien.

Volodymyr Zelensky a signé le 1er février un décret visant à augmenter les rangs de l'armée ukrainienne de 100 000 militaires sur trois ans, assurant qu'une telle mesure n'est pas annonciatrice d'une guerre imminente avec la Russie. Il y a actuellement près de 250 000 effectifs dans les forces armées ukrainiennes, rapporte l'agence de presse Reuters.

«Ce décret [a été préparé] non pas parce que nous aurons bientôt une guerre [avec la Russie] mais pour que bientôt et à l'avenir, il y ait la paix en Ukraine», a affirmé le président ukrainien alors qu'il s'exprimait en amont d'une rencontre avec les Premiers ministres de Grande-Bretagne, de Pologne et des Pays-Bas, des membres de l'OTAN déterminés à renforcer le soutien international à Kiev.

Ces pays se sont récemment illustrés par l'aide militaire qu'ils ont expliqué vouloir apporter à l'Ukraine, notamment via des déploiements de troupes de l'OTAN en Europe, dans un contexte de crise sécuritaire exacerbé ces dernières semaines.

Dans un discours au Parlement, le chef d'Etat a par ailleurs exhorté les législateurs à rester calmes et unis et à ne pas exploiter une impasse avec la Russie à des fins politiques. «Vous pouvez être dans l'opposition au gouvernement, mais vous ne pouvez pas être dans l'opposition à l'Ukraine», a-t-il notamment déclaré.

Une situation face à laquelle Zelensky veut éviter «la panique»

Les propos du président ukrainien surviennent dans un contexte de vives tensions entre l'Occident et Moscou autour de la sécurité en Europe, une série d'entretiens et de rencontres diplomatiques ayant eu lieu récemment afin de les apaiser. La dernière en date : un échange téléphonique le 1er février entre les chefs de la diplomatie russe et américaine, où ils ont convenu de poursuivre le dialogue. Depuis plusieurs semaines, Washington et certains de ses alliés accusent la Russie d'envisager une invasion du territoire ukrainien, ce que Moscou dément catégoriquement. 

La Russie, de son côté, exprime ses craintes quant à sa sécurité, liées à l'extension de l'OTAN vers l'est et à la perspective de livraisons d'armements offensifs à l'Ukraine, pays voisin. Moscou a proposé à Washington et à l'OTAN des traités prévoyant un renoncement de l'Alliance atlantique à tout élargissement à l'est et un retour à l'architecture sécuritaire construite en Europe après la fin de la guerre froide. Les Occidentaux refusent à ce jour les demandes russes, invoquant le caractère défensif de l'Alliance atlantique d'une part, et la souveraineté des Etats qui doivent selon eux rester libres de choisir leurs alliances, d'autre part.

Face à la récente exacerbation des tensions entre la Russie et les chancelleries occidentales sur le dossier ukrainien, Volodymyr Zelensky avait appelé le 28 janvier ses alliés à ne pas semer la panique. «Nous n'avons pas besoin de cette panique» car «il nous faut stabiliser l'économie» de l'ancienne république soviétique, avait-il entre autres déclaré lors d'une conférence de presse à l'attention des médias étrangers. 

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix