Prise d'otages dans une synagogue du Texas : le suspect abattu

- Avec AFP

Un véhicule de police aux Etats-Unis© © Stephen Maturen/Getty Images Amérique du Nord
Un véhicule de police, le 26 mai 2020, à Minneapolis (Minnesota), aux Etats-Unis (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

L'homme qui avait pris en otages plusieurs personnes dans une synagogue au Texas a été abattu par les forces de l'ordre. Il réclamait la libération d'Aafia Siddiqui, une Pakistanaise condamnée en 2010 pour avoir attaqué des militaires américains.

Quatre otages retenus dans une synagogue du Texas aux Etats-Unis ont été libérés sains et saufs dans la nuit du 15 au 16 janvier. Leur ravisseur, qui demandait la libération d'une Pakistanaise condamnée pour terrorisme, est mort pendant l'assaut donné par la police. En déplacement à Philadelphie, le président Joe Biden a dénoncé «un acte terrorisme».  

La prise d'otages dans la synagogue de Colleyville, qui a duré dix heures, a profondément affecté la communauté juive aux Etats-Unis et suscité également l'inquiétude du gouvernement israélien.

«L'équipe de libération d'otages a pris d'assaut la synagogue» samedi soir et «le suspect est mort», a déclaré le chef de la police locale, Michael Miller, au cours d'une conférence de presse.

Tous les otages, quatre adultes, ont été libérés sains et saufs, avait auparavant annoncé le gouverneur du Texas, Greg Abbott. 

Un agent spécial du FBI, la police fédérale américaine, à Dallas, Matt DeSarno, a déclaré que les quatre otages – parmi lesquels un rabbin local respecté, Charlie Cytron-Walker – n'avaient pas besoin de soins médicaux et seraient bientôt réunis avec leurs familles. «Il ne leur a pas fait de mal», a-t-il expliqué.

Selon des journalistes présents sur place, une forte explosion et des coups de feu ont retenti dans la synagogue juste avant l'annonce de Greg Abbott.

Quelques heures plus tôt, alors que d'âpres négociations avaient lieu entre la police et le ravisseur, un premier otage avait été libéré indemne.

La chaîne ABC News, citant une source sur place, a rapporté avant la libération du premier otage que le suspect était armé et  affirmait avoir placé des bombes à des emplacements inconnus.

La prise d'otages est survenue dans la synagogue de la congrégation Beth Israël à Colleyville, ville d'environ 23 000 habitants à une quarantaine de kilomètres de Dallas.

«Je vais mourir», avait affirmé le suspect

La voix d'un homme par moments agité pouvait être entendue sur la retransmission de l'office religieux en direct sur Facebook, consultée par l'AFP avant son interruption. «Il y a quelque chose qui ne va pas avec l'Amérique», avait notamment lancé cet homme. «Je vais mourir», avait-il aussi assuré, demandant à plusieurs reprises à un interlocuteur non identifié que «sa sœur» lui soit passée au téléphone.

Le suspect, selon ABC News, réclamait la libération d'Aafia Siddiqui, une scientifique pakistanaise condamnée en 2010 par un tribunal fédéral de New York à 86 ans de prison pour avoir tenté de tirer sur des militaires américains alors qu'elle était détenue en Afghanistan. Aafia Siddiqui est actuellement détenue dans un hôpital-prison à Fort Worth, près de Dallas. Des mouvements djihadistes avaient par le passé réclamé sa libération.

Aafia Siddiqui «n'est absolument pas impliquée» dans la prise d'otages, a cependant assuré dans une déclaration à la chaîne CNN son avocate. Elle a confirmé que l'homme n'était pas le frère d'Aafia Siddiqui, tout en assurant que sa cliente condamnait ces actions.

Des experts ont pour leur part souligné que le mot employé par l'homme en arabe était figuratif et signifiait «sœur» dans la foi islamique.

La police de Colleyville, qui avait évacué les habitants des alentours, a demandé au public d'éviter la zone.

Le FBI a ouvert une enquête sur le ravisseur, qui a été identifié, a indiqué l'agent Matt DeSarno, sans toutefois révéler le nom du suspect décédé. Cet incident a profondément affecté la communauté juive aux Etats-Unis.

Une situation «choquante et horrifiante», selon une fidèle de la synagogue

Ellen Smith, une fidèle de la synagogue, a décrit auprès de CNN une situation «choquante et horrifiante». Elle a cependant dit ne pas être surprise que cette agression ait visé la communauté juive. «Les cas d'antisémitisme ont augmenté ces derniers temps», a-t-elle confié. «On se sent presque sans espoir.»

Le président Joe Biden s'est engagé à «faire face à l'antisémitisme et à la montée de l'extrémisme dans le pays», saluant le travail des forces de sécurité.

L'ambassadeur d'Israël aux États-Unis, Michael Herzog, s'est pour sa part dit «reconnaissant que tous les otages aient été libérés sains et saufs. Le Premier ministre israélien Naftali Bennett avait lui aussi indiqué surveiller la situation.

«Nul ne devrait avoir peur de se rassembler dans son lieu de prière», a affirmé le Conseil des relations avec la communauté juive, un organisme basé à San Francisco.

«Celui que me hait aujourd'hui vous haïra demain. Donc cela peut commencer avec les Juifs, mais cela ne s'arrêtera pas aux Juifs», a mis en garde Joseph Potasnik, vice-président du Conseil des rabbins de New York.

Quant au Conseil des relations américano-islamiques, il a condamné la prise d'otages et a déclaré être en contact avec la communauté juive de Colleyville pour «apporter toute l'aide possible».

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix