Syrie : les participants à la rencontre de Vienne ont tenté d'obtenir un cessez-le-feu

John Kerry et Sergueï Lavrov© Leonhard Foeger Source: Reuters
John Kerry et Sergueï Lavrov

A Vienne, les participants aux négociations sur la crise syrienne ont convenu de la nécessité d’établir un cessez-le-feu et d’initier un processus politique. Ce cessez-le-feu n’impliquera pas les organisations terroristes.

Les 19 pays qui se sont rassemblés à Vienne ont travaillé à l’obtention d’un cessez-le-feu national en Syrie, selon un communiqué conjoint.

ll ne faut pas pour autant donner aux terroristes la chance de pouvoir s’emparer du pouvoir dans le pays, a indiqué le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov. Cette trêve ne doit pas s’appliquer aux terroristes de Daesh, a-t-il ajouté.

Une liste compréhensive des groupes terroristes actifs en Syrie sera définie lors d’une rencontre ultérieure.

Aux dires de Sergeï Lavrov, les participants aux négociations se sont aussi mis d’accord sur la nécessité de travailler à l’élaboration d’une nouvelle Constitution en Syrie et de tenir des élections qui doivent être gérées par l’ONU.

Cette trêve devra être suivie par la création d’un gouvernement de transition. Il y a précédemment eu des informations sur le fait que le cessez-le-feu serait établi d’ici quatre-six mois, mais le ministre russe des Affaires étrangères n’a pas confirmé ce délai.

Le destin de Bachar el-Assad

Le futur du président syrien est resté une pierre d’achoppement lors des négociations qui ont duré huit heures. Les Etats-Unis et leurs alliés, y compris l’Arabie saoudite, estiment que Bachar el-Assad doit quitter le pouvoir, alors que la Russie et l’Iran soutiennent le président syrien, dont le mandat expire en 2021.

Les Américains sont donc restés inflexibles. Lors de la conférence de presse qui s’est déroulée au terme de la rencontre, John Kerry a déclaré qu’il ne voyait pas comment «Bachar el-Assad pourrait réunir et gouverner la Syrie». «El-Assad n’a pas de futur en Syrie», a martelé le secrétaire d’Etat américain tout en reconnaissant que les institutions gouvernementales devaient rester intactes.

Cependant, les Etats-Unis et l’Arabie saoudite ne demandent pas la départ immédiat du président syrien comme condition préalable au processus de paix. Ils estiment que ce dernier pourrait rester au pouvoir pendant quelques mois au cours d’une période dite de transition, mais insistent sur le fait qu’il devra partir lorsqu’elle aura atteint son terme.

L’Iran est aussi ouvert au compromis. «Nous ne travaillons pas pour que Bachar el-Assad reste au pouvoir en tant que président», a confié au journal The Guardian le diplomate iranien, Hossein Amir Abdollahain.

Par ailleurs, le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, a souligné une nouvelle fois que c’était au peuple syrien de prendre telles décisions. «Le peuple syrien doit définir lui-même le futur de son pays, notamment le destin de Bachar el-Assad», a indiqué le ministre russe lors de la conférence de presse.

En savoir plus : Medvedev : La Russie agit en Syrie dans ses propres intérêts, et pas au nom de certains dirigeants

Pour l’instant, la mise en œuvre de la période de transition et sa durée restent floues, de même qu’on ne sait pas encore si les parties au conflit syrien sont prêtes à l’accepter. Le prochain cycle de négociations doit avoir lieu d’ici deux semaines.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales