«Nous vivons dans la crainte qu'il ne tienne pas» : le frère d'Assange envisage sa mort en prison

- Avec AFP

«Nous vivons dans la crainte qu'il ne tienne pas» : le frère d'Assange envisage sa mort en prison© Hannah MCKAY Source: Reuters
Le frère de Julian Assange, Gabriel Shipton, et leur père, John Shipton, à Londres, le 24 février 2020 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Gabriel Shipton a déclaré craindre que son frère Julian Assange ne meure durant le processus judiciaire dont il fait l'objet, deux jours après que sa compagne Stella Moris a révélé que le fondateur de WikiLeaks avait fait un «micro-AVC» en prison.

Le 13 décembre, le frère de Julian Assange, Gabriel Shipton, a déclaré à New York craindre que le fondateur de WikiLeaks ne meure durant la bataille judiciaire contre son extradition du Royaume-Uni aux Etats-Unis.

Gabriel Shipton, un producteur de cinéma, a manifesté le 13 décembre devant le consulat du Royaume-Uni à Manhattan en compagnie d'une trentaine de personnes, parmi lesquelles la comédienne américaine Susan Sarandon et le musicien britannique fondateur du groupe Pink Floyd, Roger Waters.

Nous vivons dans la crainte qu'il ne tienne pas ou qu'il meure carrément durant ce processus

Gabriel Shipton s'est dit «très inquiet de ce qui pèse au-dessus de la tête de Julian et qui ne fait qu'augmenter la pression». «Nous vivons dans la crainte qu'il ne tienne pas ou qu'il meure carrément durant ce processus [judiciaire d'extradition]», a-t-il déclaré à l'AFP.

Pour son frère, Julian Assange «n'est plus l'homme qu'il était» 

Ce n'est pas la première fois que Gabriel Shipton s'alarme de l'état de santé de son frère âgé de 50 ans et la fiancée de Julian Assange, Stella Moris, a révélé le 11 décembre au journal britannique Daily Mail qu'il avait souffert fin octobre d'un «micro AVC» en prison.

L'Australien est incarcéré dans une prison de haute sécurité près de Londres depuis son arrestation par la police britannique en avril 2019 après avoir passé sept ans reclus à l'ambassade londonienne de l'Equateur, où il s'était réfugié alors qu'il était en liberté sous caution.

«[Julian Assange] n'est plus l'homme qu'il était quand tout cela a commencé [mais] il reste fort et combatif»

Pour son frère, Julian Assange «n'est plus l'homme qu'il était quand tout cela a commencé [mais] il reste fort et combatif».

Des proches de Julian Assange mobilisés après la décision autorisant son extradition 

Les proches et soutiens du fondateur de WikiLeaks s'expriment après une victoire majeure des Etats-Unis qui bataillent pour obtenir l'extradition d'Assange. Le 10 décembre, la Haute cour britannique annulant une décision de première instance qui s'y opposait, a confirmé cette possibilité d'extradition. Julian Assange entend toutefois former un recours auprès de la Cour suprême.

Nos vie, notre liberté [...] la démocratie [...] dépendent complètement de ce qui se déroule avec Julian Assange

Pour l'artiste Roger Waters, «nos vie, notre liberté [...] la démocratie [...] dépendent complètement de ce qui se déroule avec Julian Assange», tandis que selon Susan Sarandon «quoi qu'on pense de Julian Assange, cela concerne la liberté pour l'information et le journalisme».

Les Etats-Unis lui reprochent d'avoir diffusé, à partir de 2010, plus de 700 000 documents classifiés sur les activités militaires et diplomatiques américaines, en particulier en Irak et en Afghanistan. Poursuivi notamment pour espionnage, il risque jusqu'à 175 ans de prison dans une affaire qui représente, selon ses soutiens, une attaque gravissime contre la liberté de la presse.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix