Engagement à ne pas intégrer l'Ukraine : l'OTAN rejette la demande russe

Engagement à ne pas intégrer l'Ukraine : l'OTAN rejette la demande russe© Bertrand GUAY / POOL / AFP
Le secrétaire général de l'Organisation du traité de l'Atlantique nord, Jens Stoltenberg, en conférence de presse le 10 décembre 2021 à Paris (image d'illustration.)
Suivez RT France surTelegram

Le secrétaire général de l'OTAN a refusé ce 10 décembre d'exclure une éventuelle adhésion de Kiev dans l'Alliance atlantique. Cette idée est défendue par la Russie qui considère qu'elle contribuerait à réduire les tensions autour de l'Ukraine.

L'idée, défendue par la Russie, a été balayée ce 10 décembre par le secrétaire général de l'Alliance militaire atlantique, Jens Stoltenberg : «La relation de l'OTAN avec l'Ukraine ne peut être déterminée que par les 30 membres de l'Alliance et l'Ukraine elle-même, et par personne d'autre. Nous ne pouvons accepter que la Russie ré-établisse un système où les grandes puissances [...] peuvent contrôler ce que d'autres pays font ou pas», a-t-il fait valoir ce 10 décembre, après une rencontre avec le nouveau chancelier allemand Olaf Scholz.

Plus tôt ce 10 décembre, le ministère russe des Affaires étrangères avait invité l'OTAN à retirer «formellement» une décision de 2008 ouvrant la porte à l'adhésion de l'Ukraine – ainsi que de la Géorgie. Cette demande fait écho à celle exprimée par Vladimir Poutine le 7 décembre, lors d'un entretien avec son homologue américain Joe Biden : le président russe avait réclamé des «garanties fiables et juridiquement fixées qui excluent l’extension de l’OTAN vers l’Est».

Une adhésion de Kiev à l'OTAN perçue comme une menace par Moscou

Les autorités russes estiment qu'un engagement de Kiev à ne pas rejoindre l'OTAN contribuerait à faire décroître les tensions autour de l'Ukraine, particulièrement vives en ce moment entre l'Occident et Moscou. La Russie, en effet, considère qu'une admission de son voisin ukrainien dans l'alliance militaire menée par les Etats-Unis, entraînerait le déploiement à ses frontières de forces militaires et d'armements. Et engendrerait, donc, une menace à ses portes. 

Ainsi, relevant la présence de «complexes de défense anti-missile Mk-41 en Pologne et en Roumanie», Vladimir Poutine avait martelé, le 8 décembre : «Nous avons toutes les raisons de croire que la même chose se produira au cas où l’Ukraine adhérerait à l’OTAN, mais alors sur le territoire ukrainien.»

Il est néanmoins à noter qu'à ce jour, la procédure d'adhésion de l'Ukraine à l'Alliance militaire occidentale, officiellement ouverte, piétine. En juin dernier, après que le président ukranien Volodymyr Zelensky avait annoncé que le processus d'intégration de son pays à l'OTAN allait être lancé, Joe Biden avait déclarait que «cela rest[ait] à voir».

Tensions entre Occident et Russie autour de l'Ukraine

L'Ukraine et la mer Noire sont au cœur de tensions internationales depuis plusieurs semaines.

Kiev et certains de ses alliés dont Washington ont exprimé leurs craintes quant à des mouvements de troupes au sein du territoire russe, à proximité de la frontière ukrainienne. La Russie a balayé à plusieurs reprises les rumeurs sur des préparatifs d'invasion de l'Ukraine, tout en rappelant qu'elle prenait des «mesures pour assurer [sa] sécurité si nécessaire».

Moscou a en outre fait part de ses propres inquiétudes concernant des manœuvres de navires militaires américaines en mer Noire, mer bordant les territoires russe et ukrainien. Pas plus tard que le 9 décembre, la porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova a désigné comme une «provocation» l'approche d'un navire de la marine ukrainienne des eaux russes au large de la Crimée.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix