Vladimir Poutine dénonce auprès de Charles Michel des provocations de l'Ukraine

- Avec AFP

Vladimir Poutine dénonce auprès de Charles Michel des provocations de l'Ukraine
Suivez RT France surTelegram

Le président russe et le président du Conseil européen Charles Michel se sont entretenus par téléphone pour évoquer la situation en Ukraine mais aussi celle à la fronitère entre la Pologne et la Biélorussie dans le contexte de la crise migratoire.

Le président russe Vladimir Poutine a accusé mercredi Kiev de provocations sur la ligne de front dans l'Est de l'Ukraine, au cœur de nouvelles tensions entre Moscou et l'Occident, a indiqué le Kremlin dans un communiqué.

Selon la présidence russe, Vladimir Poutine «a exprimé son inquiétude du fait de provocations continues de la partie ukrainienne visant à aggraver la situation sur la ligne de front» lors d'un entretien par téléphone avec le président du Conseil européen, Charles Michel.

Ces dernières semaines, les Etats-Unis, l'Otan et l'Union européenne n'ont cessé d'exprimer leur inquiétude concernant des mouvements de troupes russes autour de l'Ukraine, craignant une éventuelle invasion, ce que la Russie a fermement nié. 

A l'inverse, Moscou accuse les Occidentaux de mener des exercices menaçants à ses frontières, notamment avec des bombardiers stratégiques, et d'aggraver les choses en livrant des armes à Kiev.

La Russie a ainsi annoncé son intention de renforcer ses forces armées en réponse à l'activité croissante de l'Otan à ses frontières.

Moscou dénonce régulièrement le déploiement de troupes de l'Otan à ses frontières.

En évoquant la situation à propos des frontières de la Biélorussie avec les pays de l'UE, les deux parties ont souligné l'importance d'une résolution rapide de la crise migratoire sur la base des normes du droit international humanitaire. Les deux parties ont aussi confirmé qu’il était opportun d'établir une interaction systémique entre l'Union européenne et Minsk, comme convenu dans les contacts téléphoniques entre le président biélorusse Alexandre Loukachenko et la chancelière allemande fédérale par intérim Angela Merkel.

Dans ce contexte, Vladimir Poutine a noté le caractère contre-productif des intentions des Etats européens d’adopter de nouvelles sanctions anti-biélorusses. Une attention particulière a été attirée sur les cas d'utilisation de canons à eau, de gaz lacrymogène, de grenades incapacitantes et autres équipements spécifiques aux forces de sécurité polonaises. Les parties ont exprimé l’espoir que Charles Michel travaillerait avec Varsovie pour prévenir toute violence à l’égard des migrants, et éviter des actions qui pourraient donner lieu à une escalade de la situation.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»