Au Danemark, un programme enseignera les comportements sexuels locaux aux immigrés

Des réfugiés afghans et pakistanais aux abords du centre d'acceuil pour demandeurs d'asile de Sandholm près de Copenhague. © Bob Strong Source: Reuters
Des réfugiés afghans et pakistanais aux abords du centre d'acceuil pour demandeurs d'asile de Sandholm près de Copenhague.

Pour lutter contre le nombre important de viols commis par des immigrés, plusieurs partis politiques danois font pression pour que des cours de comportement sexuel soient dispensés dans les classes d'intégration que fréquentent les réfugiés.

Les partis politiques soutiennent en fait un programme similaire mis en place en Norvège et qui aurait porté ses fruits. Là-bas, les résidents des centres d'accueil pour réfugiés se voient proposer cinq heures de cours «d'éthique sexuelle» pour familiariser les immigrés avec le comportement des femmes dans le pays.

On y explique, par exemple, qu'une femme en jupe n'est pas automatiquement une marie-couche-toi-là ou une professionnelle du sexe et que, lorsqu'une jeune fille se déhanche en boite de nuit, une bière à la main, cela ne constitue pas un appel à une partie de jambes en l'air.

Linda Hagen, qui dirige 34 centres d'asile en Norvège a ainsi expliqué à The Local que ce programme avait vu le jour après une recrudescence d'agressions sexuelles aux abords des centres d'accueil où des immigrés abordaient de jeunes norvégiennes de manière agressive. Elle explique que de nombreux immigrés ne comprennent tout simplement pas les moeurs occidentales car ils arrivent de pays particulièrement conservateurs qui ont une approche obscurantiste de la sexualité, jugée «sale» et taboue. 

«Imaginez ce qu'ils pensent lorsqu'ils voient une jeune femme qui danse en mini-jupe. Il est primordial de leur expliquer que ce genre de comportement n'est pas une invitation au sexe et que lorsqu'une femme dit non, c'est non», a précisé Linda Hagen.

Pour le porte-parole du parti du Peuple Danois (DF), Peter Skaarup, appuyé par les sociaux-démocrates, les sociaux-libéraux (Radikale) et les conservateurs, le concept doit être absolument importé au Danemark. «Si cela marche là-bas, alors nous devons les immiter», a confié le porte-parole à MetroXpress.

En 2014, le Danemark a reçu près de 15 000 demandeurs d'asile, presque deux fois plus que l'année précédente. En juin dernier, le bloc de droite, qui souhaite notamment fermer le robinet migratoire, a remporté les législatives au Danemark.

En savoir plus : Politique anti-immigration et euroscepticisme, le Danemark vire à droite toute

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales