Ministre britannique des Affaires étrangères : l'Arabie saoudite met fin à son opération au Yémen

Philip Hammond  et Adel al-Jubeir Source: Reuters
Philip Hammond et Adel al-Jubeir

Lors de sa visite en Arabie saoudite, le chef de la diplomatie britannique a déclaré que l’opération de Riyad au Yémen touchait à sa fin. Par ailleurs, MSF a condamné Riyad pour son «mépris total» des civils yéménites à cause de ses bombardements.

«La phase militaire de la campagne touche à sa fin, les forces de la coalition ayant établi une position militaire dominante dans le pays», a précisé Philip Hammond après son entretien avec le roi Salmane et d’autres membres de la famille royale saoudienne.

Il a aussi précisé que l’Arabie saoudite voulait se concentrer sur «l’accélération des changements politiques», soulignant que le royaume souhaitait entamer entamer des négociations «sérieuses et délicates» avec ses alliés et ses adversaires.

Lors de la rencontre, les hauts responsables britanniques et saoudiens ont aussi abordé d’autres sujets de politique internationale, dont la situation en Syrie, la guerre contre Daesh et les droits de l’homme.

MSF condamne le «mépris total» de l’Arabie saoudite pour les civils au Yémen

Même si l’Arabie saoudite affirme mettre fin à son opération au Yémen, le royaume a effectué une frappe aérienne dans la nuit de lundi à mardi contre un hôpital yéménite que l’ONG Médecins sans frontières a fortement condamnée. Ce bombardement a privé environ 200 000 personnes de soins médicaux. Bien qu’il n’y ait pas eu de morts, des membres du personnel ont été blessé. «Cette attaque est une autre illustration de mépris total pour les civils au Yémen où les bombardements sont devenus une routine quotidienne», a déclaré le chef de la mission de MSF au Yémen, Hassan Boucenine.

Un porte-parole de MSF estime que cette attaque est une violation du droit international et affirme que les forces saoudiennes disposaient des coordonnées GPS de l’hôpital. De plus, on peut clairement identifier l’hôpital depuis les airs en raison du logo reconnaissable entre tous qui orne le toit de l’établissement.

Les autorités saoudiennes ont reconnu «une faute», mais affirment que MSF leur avait fourni «de fausses coordonnées de localisation» qui ont entraîné cette frappe.

D’autres organisations internationales de défense des droits de l’homme, notamment Amnesty International, ont fortement critiqué cette frappe en affirmant que cette action pouvait eut être qualifiée de crime de guerre et ont appelé à une enquête indépendante.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales