Restriction des visas : l'Algérie convoque l'ambassadeur de France

Restriction des visas : l'Algérie convoque l'ambassadeur de France© Ludovic MARIN Source: AFP
Un membre de la Garde républicaine algérienne se tient à côté du drapeau algérien à Alger, le 6 décembre 2017 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Face à la décision de Paris de réduire fortement les visas à l'Algérie, le ministère algérien des Affaires étrangères a convoqué ce 29 septembre l'ambassadeur de France, François Gouyette en signe de protestation.

L'ambassadeur de France en Algérie François Gouyette a été convoqué au ministère algérien des Affaires étrangères ce 29 septembre, après la décision de Paris de réduire fortement les visas aux pays du Maghreb dont l'Algérie. Selon les autorités françaises, leurs homologues algériennes traînent des pieds pour récupérer leurs ressortissants expulsés en refusant de délivrer les laissez-passer consulaires nécessaires au retour des immigrés, qui font l'objet d'une mesure d'expulsion.

Dans un communiqué, le ministère algérien précise que François Gouyette, s'est vu notifier «une protestation formelle du gouvernement algérien suite à une décision unilatérale du gouvernement français affectant la qualité et la fluidité de la circulation des ressortissants algériens à destination de la France».

«Cette décision qui est intervenue sans consultation préalable avec la partie algérienne comporte l'anomalie rédhibitoire d'avoir fait l'objet d'un tapage médiatique générateur de confusion et d'ambiguïté quant à ses motivations et à son champ d'application», a ajouté le ministère algérien.

«C'est une décision drastique, c'est une décision inédite, mais c'est une décision rendue nécessaire par le fait que ces pays n'acceptent pas de reprendre des ressortissants que nous ne souhaitons pas et ne pouvons pas garder en France», avait ainsi justifié sur Europe 1 Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement.

Très vite, l'Algérie avait réagit par l'intermédiaire d'Amar Benali, envoyé spécial chargé de la cause du Sahara Occidental et des pays du Maghreb arabe. Cité par l'agence de presse algérienne APS, celui-ci avait déploré une décision «disproportionnée» et «malencontreuse». 

«Dans la forme, elle est malencontreuse car elle intervient à la veille du déplacement d’une délégation algérienne à Paris dans le but de faire le point sur tous les cas en suspens et de déterminer le mode opératoire le plus satisfaisant en vue de renforcer la coopération dans le domaine de la gestion de l’immigration irrégulière», avait-il déclaré.

En plus de l'Algérie, sont concernés par la décision française, le Maroc et la Tunisie. Rabat avait à ce titre regretté une mesure «injustifiée».

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»