Syrie, une épidémie de choléra fait craindre une crise internationale

Le camp syrien d'Atama, à la frontière syro-turque© Khalil Ashawi Source: Reuters
Le camp syrien d'Atama, à la frontière syro-turque

Les ONG encore présentes en Syrie ont tiré la sonnette d'alarme : le choléra s'est déclaré dans le pays et plusieurs cas ont déjà été signalés. Une menace réelle qui pourrait dépasser les frontières du pays avec la crise migratoire.

Déjà un enfant de 5 ans est décédé après avoir contracté la maladie dans la région d'Alep. De plus, l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a indiqué dans une note adressée aux ONG travaillant dans le pays qu'un «cas suspect» de choléra était en cours de traitement et que les tests initiaux étaient tous positifs. 

Cette maladie intestinale est généralement d'origine hydrique et affecte principalement les enfants. Elle peut tuer rapidement si elle est non traitée. Elle se transmet par l'eau insalubre en raison d'un assainissement insuffisant.

En Syrie, et en particulier dans les zones en dehors du contrôle gouvernemental, la purification de l'eau est de plus en plus difficile. En situation de déplacement, de nombreux Syriens n'ont pas accès à des toilettes appropriées et à de l'eau potable.

L'épidémie pourrait constituer une «menace internationale». La crise migratoire en effet, avec le déplacement important de population dans le pays mais également au dehors, dans toute la région mais également en Europe, pourrait aider à la propagation de la maladie. Autre élément inquiétant, les porteurs de la maladie peuvent même l'ignorer, ne présentant pas de symptômes spécifiques. 

En savoir plus: Au moins 50 migrants contaminés par une infection inconnue ont traversé la frontière de la Hongrie

L'infrastructure médicale moribonde de la Syrie et l'impossibilité d'accéder aux ONG médicales signifient que la maladie pourrait se propager rapidement, tant à l'intérieur du pays et qu'à travers les frontières. Si la maladie est aisément traitable et peut même être prévenue, le droit fondamental d'être soigné est désormais inaccessible pour la plupart des Syriens. 

Dans l'Irak voisin, il y a déjà eu 1 200 cas confirmés de choléra au cours des dernières semaines. Parmi eux, six décès. Un programme de vaccination doit d'ailleurs commencer la semaine prochaine.

En savoir plus : la Turquie parviendra-t-elle à endiguer la crise migratoire européenne ?

Cependant, en Syrie, une telle campagne de vaccination est désormais quasiment impossible. Fin 2013, une campagne de vaccination contre la polio avait bien eu lieu, mais en l'état des infrastructures du pays, deux ans plus tard, cette opération ne pourrait être renouvelée.

Avec la destruction constante de l'infrastructure de santé, les ONG sont paralysées. Elles en appellent à la communauté internationale afin que celle-ci agisse contre ce qui constitue, selon elles, une menace réelle.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales