Belgique : l'assaillant de Flawinne était un déséquilibré, la piste terroriste écartée

Un soldat belge© Francois Lenoir Source: Reuters
Un soldat belge

Cette attaque à l'arme à feu a eu lieu après une tentative d'attentat à la voiture bélier. Aucune victime n'est à déplorer selon les autorités belges. Cependant, les autorités craignent que le véhicule abandonné soit piégé avec un engin explosif.

  • La sécurité des autres casernes pourrait être renforcée. Le dispositif sur place n'est pas encore totalement levé. «Nous devons refaire le trajet du suspect avant de lever le dispositif» (Procureur)

  • La sentinelle a discuté avec le suspect et lui a refusé l'accès. Il a ensuite «foncé dans le tas». Le suspect avait été candidat para-commando en 2010. La personne interpellée a 32 ans et est namuroise. «Il n'y avait pas d'explosif dans la voiture et l'individu n'était pas armé» (Procureur)

  • Selon le ministre de la Défense, il ne s’agirait pas d’un attentat terroriste. Le parquet fédéral donnera plus d’information. Le domicile du suspect doit encore être perquisitionné. Il a été arrêté sans opposer de résistance.

  • La conférence de presse du Procureur du Roi a commencé. L'assaillant de Flawinne n'a pas «le profil de la filière islamiste» (procureur).

  • Un suspect a été interpellé, a confirmé le procureur du Roi de Namur Vincent Macq. Selon lui, «aucun élément amène à penser qu’il y avait d’autres personnes à ses côtés». Ce suspect sera entendu cet après-midi par le Groupe d’Intervention Spécial (GIS). (presse belge)

  • Un individu a été interpellé.

  • Un hélicoptère a été déployé et participe à la chasse à l'homme.

  • Un ordre de renforcement de la sécurité des autres casernes, notamment celle de Belgrade, a été donné.

  • Le service d’information de la Défense a finalement précisé qu’il n’y avait pas eu de blessé durant l’incident.

  • La théorie d'une bombe présente dans le véhicule semble se confirmer. Des équipes de déminages sont arrivées sur place.

Dans cette caserne située dans la province de Namur, l'homme encagoulé avait d'abord foncé sur les barrières de sécurité de la caserne. Il a été ensuite repoussé par les militaires et un échange de tirs a eu lieu. 

L'assaillant a réussi à prendre la fuite. Aucun militaire n'a été blessé. Environ 50 militaires se trouvaient dans la caserne au mment des faits. 

En savoir plus: Attentat en Isère, l'auteur présumé et trois autres personnes en garde à vue

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales