Le Président tchèque accuse les migrants d'utiliser les enfants comme «boucliers humains»

Le président tchèque s'adresse au Parlement Européen à Strasbourg en février 2014 © Vincent Kessler Source: Reuters
Le président tchèque s'adresse au Parlement Européen à Strasbourg en février 2014

Dans un entretien vidéo accordé au site internet Blesk, Milos Zeman a accusé les réfugiés de se servir des enfants comme des «boucliers humains» «pour justifier la vague de migrants».

Pour le président tchèque «des gens avec des iPhones» «qui se cachent derrière des enfants» qu’ils «amènent dans des petits bateaux, sachant qu’ils risquent de se noyer», «ne méritent pas de compassion».

Lire aussi : le groupe de Visegrad, réuni à Prague, juge les quotas de migrants «inacceptables»

Milos Zeman a souvent été critiqué pour son attitude envers les migrants. Par exemple, en août dernier, suite à une révolte dans un camp de rétention tchèque, celui-ci s’était adressé aux réfugiés dans une vidéo affirmant qu’ils devaient «respecter les règles» du pays, ou partir. 

Dans un communiqué publié le 22 octobre, le Haut-Commissaire saoudien des droits de l’Homme aux Nations unies avait dénoncé des «violations des droits humains des migrants (…) systématiques» faisant «partie intégrante de la politique du gouvernement tchèque pour décourager migrants et réfugiés d'entrer ou de séjourner dans le pays». En réponse, le président tchèque a invité le responsable, dont la nomination avait fait polémique, à visiter les camps pour se rendre compte lui-même de la situation.

Depuis janvier 2015, plus de 500 000 migrants sont arrivés en Europe, entraînant dans certains pays des réactions hostiles, notamment en Europe de l'Est avec la Hongrie de Viktor Orban, qui a érigé des clôtures le long de sa frontière afin d'empêcher les intrusions de réfugiés sur son territoire.

Lire aussi : La crise des migrants réveille la fronde des ex-pays du Bloc de l'Est

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales