Crise diplomatique Algérie/Maroc : Israël dénonce des «accusations infondées» d'Alger

- Avec AFP

Crise diplomatique Algérie/Maroc : Israël dénonce des «accusations infondées» d'Alger© RYAD KRAMDI Source: AFP
Alger entretient des relations plus que délicates avec le Maroc et Israël (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Les «accusations» algériennes contre Israël dans le cadre de la grave crise entre l'Algérie et le Maroc sont «infondées et sans intérêt», a réagi une source diplomatique israélienne, appelant Alger à «se focaliser» sur ses «problèmes» économiques.

Alors que Les autorités algériennes ont annoncé le 24 août au soir la rupture des relations diplomatiques avec le Maroc, voisin maghrébin avec lequel Alger entretient de longue date des relations difficiles, Israël se retrouve au centre des débats. Au cœur des griefs formulés par le ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, figure des propos tenus par son homologue israélien, Yaïr Lapid, lors d'une récente visite officielle inédite au Maroc.

A Casablanca (Maroc) le 12 août, Yaïr Lapid avait en effet exprimé ses «inquiétudes au sujet du rôle joué par l'Algérie dans la région, son rapprochement avec l'Iran et la campagne qu'elle a menée contre l'admission d'Israël en tant que membre observateur de l'Union africaine» (UA).

Ramtane Lamamra a fustigé le 23 août «des accusations insensées et des menaces à peine voilées». A ses yeux, «sur le plan de la sécurité régionale, le fait pour les autorités marocaines d’introduire une puissance militaire étrangère dans le champ maghrébin et d’inciter son représentant à tenir des propos fallacieux et malveillants à l’encontre d’un pays voisin constituent un acte grave et irresponsable».

L'Etat hébreu a dénoncé le 25 août des accusations «infondées et sans intérêt». «Ce qui compte, ce sont les très bonnes relations entre Israël et le Maroc, illustrées» par la récente visite de Yaïr Lapid et «la coopération entre les deux pays pour le bien de leurs citoyens et de toute la région», a rétorqué une source diplomatique israélienne auprès de l'AFP.

Elle ajoute qu'«Israël et le Maroc sont une partie importante d'un axe pragmatique et positif dans la région face à un axe qui va en sens inverse et qui inclut l'Iran et l'Algérie».

«Nous parlons aux Marocains tout le temps [...] L'Algérie devrait se focaliser sur l'ensemble des problèmes auxquels elle est confrontée, en particulier les problèmes économiques sérieux», a ajouté cette source sous couvert d'anonymat.

Algérie-Maroc : de nombreuses querelles

Le Maroc a été le quatrième pays arabe – après les Emirats arabes unis, Bahreïn et le Soudan – à avoir normalisé ses relations avec Israël en 2020 sous l'impulsion des Etats-Unis, en contrepartie d'une reconnaissance américaine de sa «souveraineté» sur le Sahara occidental.

Rabat juge que cette ancienne colonie espagnole fait partie intégrante de son territoire. Les indépendantistes du Front Polisario réclament, eux, un référendum d'autodétermination, avec le soutien de l'Algérie.

Les relations entre l'Algérie et son voisin marocain sont en effet difficiles, en raison principalement du contentieux du Sahara Occidental. D'ailleurs, la longue frontière entre les deux pays est officiellement fermée depuis plus de 25 ans (1994).

La récente normalisation des relations diplomatiques entre le Maroc et Israël a évidemment avivé les tensions avec l'Algérie, fervent soutien de la cause palestinienne.

Le Haut conseil de sécurité algérien a en outre accusé – sans preuve – le Maroc et Israël de soutenir le MAK (Mouvement pour l'autodétermination de la Kabylie), une organisation indépendantiste, ainsi que l'organisation islamo-conservatrice Rachad. Ces deux mouvements sont basés à l'étranger.    

Alger impute notamment au MAK des incendies meurtriers (90 morts) ayant ravagé le pays et le lynchage le 11 août d'un jeune homme accusé à tort de pyromanie en Kabylie.

Le ministère marocain des Affaires étrangères a regretté la décision «complétement injustifiée» de l'Algérie, en rejetant des «prétextes fallacieux, voire absurdes».

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»