Afghanistan : les Taliban prennent la ville de Jalalabad et menacent désormais Kaboul

- Avec AFP

Afghanistan : les Taliban prennent la ville de Jalalabad et menacent désormais Kaboul Source: Reuters
Cliché pris à Hérat, en Afghanistan, le 14 août 2021 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Les forces talibanes ont pris la ville de Jalalabad et menacent désormais de s'emparer de Kaboul. La capitale afghane est le dernier rempart face à leur prise de contrôle totale du pays.

Les Taliban ont pris la ville de Jalalabad dans la matinée du 15 août, a appris l’AFP auprès de résidents, ce qui ne laisse plus que Kaboul, la capitale, comme grande ville encore contrôlée par le gouvernement.

«Nous nous sommes réveillés ce matin avec les drapeaux blancs des Taliban partout en ville. Ils sont dans la ville. Ils sont entrés sans combattre», a déclaré à l'AFP Ahmad Wali, un habitant de Jalalabad. 

Les Taliban ont aussi revendiqué la prise de la ville. «Il y a quelques instants, les moudjahidines sont entrés dans Jalalabad, la capitale de la province du Nangarhar. Toutes les zones sont maintenant sous leur contrôle», a déclaré Zabihullah Mujahid, l'un de leurs porte-paroles.

Outre Kaboul, une poignée de villes mineures sont encore sous le contrôle du gouvernement. Mais elles sont dispersées et isolées de la capitale, et n'ont plus une grande valeur stratégique.

Vers une prise de contrôle totale ?

En à peine dix jours, les Taliban ont pris le contrôle de la majeure partie du pays et sont arrivés aux portes de Kaboul, qui est maintenant complètement encerclée. Un porte-parole des Taliban a affirmé le 15 août sur Twitter : «L’Émirat islamique ordonne à toutes ses forces d'attendre aux portes de Kaboul, de ne pas essayer d'entrer dans la ville.» De son côté, le ministère de l'Intérieur afghan a déclaré que certains combattants étaient déjà présents dans la capitale. Le ministre a également promis un «transfert pacifique du pouvoir à un gouvernement de transition».

Selon un porte-parole de la présidence afghane cité par l'agence Reuters, Ashraf Ghani s'est entretenu avec l'envoyé spécial américain pour l'Afghanistan, Zalmay Khalilzad, ainsi qu'avec des hauts responsables de l'OTAN.

D'après l'agence AP, qui cite un «responsable» afghan souhaitant conserver l'anonymat, des négociations sont actuellement en cours entre des responsables des Taliban et l'Etat central concernant une transition du pouvoir. Elles se déroulent au palais présidentiel. Un responsable des Taliban cité par Reuters a demandé une transition «aussi rapide que possible».

Le ministre de l'Intérieur pakistanais a lui annoncé que les Taliban avaient pris le contrôle du poste frontalier de Torkham. Ils disposent désormais d'un contrôle total sur l'ensemble des frontières afghanes. Selon un responsable des Taliban cité par Reuters, les combattants ont encerclé l’aéroport de Kaboul, qui continue néanmoins de fonctionner.

D'après l'agence AP, l'armée afghane a livré la base aérienne de Bagram aux Taliban. Elle avait été remise par l'armée américaine à l'Etat afghan le mois dernier et abrite 5 000 détenus.

Le 14 août au soir, les Taliban avaient pris Mazar-i-Sharif, la quatrième plus grande ville afghane et le principal centre urbain du nord du pays.

Les Taliban ont lancé leur offensive en mai à la faveur du début du retrait final des troupes américaines et étrangères, qui doit être achevé d'ici le 31 août.

Ils se sont d'abord emparés de vastes territoires ruraux sans rencontrer une grande résistance. Puis leur avancée s'est accélérée de manière spectaculaire ces derniers jours, nombre de villes tombant entre leurs mains presque tout aussi facilement.

Face à cette offensive, Joe Biden a décidé le 14 août de porter à quelque 5 000 soldats le déploiement militaire à Kaboul pour sécuriser l'évacuation de civils, tout en défendant sa décision de mettre fin à 20 ans de guerre en Afghanistan.

Le président américain a annoncé dans un communiqué qu'après avoir consulté ses conseillers en matière de sécurité nationale, il avait décidé qu'«environ 5 000 soldats» seraient déployés à l'aéroport de Kaboul pour évacuer le personnel diplomatique, ainsi que les Afghans ayant travaillé pour les Etats-Unis et craignant des représailles des Taliban.

Joe Biden a prévenu les Taliban : «Toute action qui mettrait en danger des ressortissants américains ou notre mission recevrait une réponse militaire rapide et forte».

«Une année ou cinq années de plus de présence militaire américaine n'aurait fait aucune différence, quand l'armée afghane ne peut ou ne veut pas défendre son propre pays», a-t-il ajouté, précisant : «Je suis le quatrième président à mener une présence militaire américaine en Afghanistan – deux Républicains, deux démocrates [...] Je ne lèguerai pas cette guerre à un cinquième.»

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»