«Manque de confiance en elle-même» : Loiseau regrette le rejet par l'UE d'un dialogue avec Moscou

«Manque de confiance en elle-même» : Loiseau regrette le rejet par l'UE d'un dialogue avec Moscou© REUTERS/GonzaloÊFuentes
Nathalie Loiseau à Paris, le 26 mars 2019 (illustration).
Suivez RT France surTelegram

«La liste est longue de ces crises que la Russie seule n’a pas réglées mais qui ne se régleront pas sans elle», a estimé la députée européenne Nathalie Loiseau, favorable à une reprise du dialogue avec Moscou, comme Emmanuel Macron et Angela Merkel.

L'eurodéputée française Nathalie Loiseau a regretté dans une tribune pour L'Opinion l'«enterrement de première classe» de l'idée d'une relance du dialogue entre Bruxelles et Moscou.

Alors qu'un sommet était organisé à Genève entre le président russe Vladimir Poutine et son homologue américain Joe Biden, Angela Merkel et Emmanuel Macron avaient dit souhaiter organiser une rencontre avec le locataire du Kremlin pour traiter de sujets d'intérêt majeur pour l'UE. Mais à l'issue du Conseil européen le 24 juin, les dirigeants des 27 n'ont pu s'entendre sur le sujet du fait de l'opposition des pays baltes, de la Pologne, de la Suède et des Pays-Bas.

Dans sa tribune, Nathalie Loiseau déplore ainsi l'«échec» d'une «bonne idée » de la part des dirigeants français et allemand. «Il n’est pas nécessaire d’avoir confiance dans son interlocuteur pour s’entretenir avec lui», a-t-elle expliqué, avançant les nombreux sujets de discussion qui pouvaient justifier cette reprise du dialogue, en particulier la situation en Syrie, en Afghanistan, en Libye et le dossier du nucléaire iranien. «La liste est longue de ces crises que la Russie seule n’a pas réglées mais qui ne se régleront pas sans elle», ajoute l'ancienne ministre des Affaires européennes.

L’Union européenne doit apprendre à se faire respecter

Nathalie Loiseau pointe plusieurs raisons à ce raté, comme «le souvenir de l’humiliant voyage à Moscou de Josep Borrell». «L’Union européenne doit apprendre à se faire respecter», ajoute l'élue, qui souligne une «méfiance vis-à-vis de Moscou», un «manque de confiance en elle-même», et une «défiance entre Etats membres» comme facteurs d'explication.

Sur ce dernier point, l'ancienne directrice de l'ENA estime que certains pays de l'UE ont pu craindre un double jeu de la part de l'Allemagne pour motiver leur refus d'une amélioration du dialogue entre Moscou et Bruxelles : «On imagine combien la détermination allemande à achever le projet Nord Stream 2 a entretenu le soupçon qu’à Berlin, la politique commerciale tiendrait lieu de politique étrangère», a-t-elle ainsi écrit.

Côté russe, le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov a déclaré, le 25 juin, qu'il avait appris ce refus du Conseil de l'UE «avec regret», qualifiant la décision européenne «d'illogique et nocive pour l'avenir». Il a assuré que Vladimir Poutine restait «d'une manière générale favorable à l'établissement de relations de travail entre Moscou et Bruxelles».

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»