Allégations d'espionnage : la Norvège convoque le responsable de l'ambassade américaine

Allégations d'espionnage : la Norvège convoque le responsable de l'ambassade américaine© Fredrik HAGEN Source: AFP
Erna Solberg, Premier ministre de la Norvège, le 9 octobre 2020 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Alors que la NSA a pu espionner plusieurs responsables politiques européens grâce au Danemark, la Norvège a demandé le 3 juin des explications à l'ambassade américaine à Oslo mais aussi au Premier ministre danois.

La Norvège a convoqué le 3 juin le plus haut responsable de l'ambassade des Etats-Unis à Oslo après des révélations d'espionnage américain visant des responsables politiques de quatre pays européens, dont ce royaume nordique, a-t-on appris d'une source officielle reprise par l'AFP.

«Le ministère de la Défense a eu une réunion avec l'ambassade américaine à Oslo aujourd'hui où l'on a clairement dit que l'espionnage visant des alliés était inacceptable et superflu», a indiqué le ministre norvégien de la Défense, Frank Bakke-Jensen, dans un tweet diffusé par ses services.

Le ministère a ensuite précisé à l'AFP que c'est le chargé d'affaires américain, Richard Riley, qui s'était vu signifier le point de vue de la Norvège par un haut responsable du pays. La légation américaine n'a pour l'instant pas d'ambassadeur à sa tête.

Selon une enquête de la télévision publique danoise Danmarks Radio (DR) diffusée le 30 mai avec plusieurs autres médias européens, Washington s'est servi, au moins jusqu'en 2014, du réseau de câbles sous-marins danois pour écouter des personnalités de quatre pays (Allemagne, Suède, Norvège, France), parmi lesquelles la chancelière Angela Merkel.

Paris, Berlin et d'autres capitales européennes ont sommé les Etats-Unis et le Danemark de s'expliquer sur ces allégations, nouvelle page du dossier des écoutes entre alliés révélées depuis l'affaire Snowden en 2013.

Selon DR, par le biais du Danemark, la NSA a pu accéder aux SMS, aux appels téléphoniques et au trafic internet, y compris les recherches, les chats et les services de messagerie, de responsables, parmi lesquels figure également le ministre allemand des Affaires étrangères de l'époque, Frank-Walter Steinmeier.

«Je suis heureuse que les Américains aient clairement indiqué qu'ils avaient changé leurs pratiques en 2014 pour ce qui est de la surveillance d'alliés et qu'ils veuillent coopérer avec nous et d'autres pour cartographier ce qui s'est produit», a déclaré le Premier ministre norvégien, Erna Solberg, citée jeudi par l'agence de presse NTB. 

«Nous avons aujourd'hui convoqué l'ambassade des Etats-Unis à Oslo pour donner suite à cette invitation», a-t-elle ajouté.

Selon NTB, Erna Solberg s'est entretenue le même jour avec son homologue danoise, Mette Frederiksen.

«Je lui ai redit que nous considérons l'espionnage contre des amis et alliés proches comme inacceptable et superflu», a-t-elle souligné.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»