Les Etats-Unis s'engagent à décontaminer un site espagnol irradié depuis un accident d'avion en 1966

Un B-52 américain lors d'un exercice en 2015© Muhammad Hamed Source: Reuters
Un B-52 américain lors d'un exercice en 2015

Le secrétaire d'Etat américain en visite en Espagne a signé un accord avec le ministre des Affaires étrangères espagnol afin de décontaminer un site irradié il y a 49 ans la suite d'un accident d'avion transportant des bombes thermonucléaires

Le 17 janvier 1966, un bombardier B-52 américain transportant quatre bombes à hydrogène percutait un avion ravitailleur en plein vol, tuant 7 des 11 membres d'équipage. Si les bombes n'ont pas explosé, et que deux ont pu être retrouvées intactes dans l'eau, le plutonium contenu dans les deux autres a contaminé la zone.

Lire aussi : Nucléaire : Le plus vieux réacteur du monde troué comme «un Emmental»

Si 1 700 tonnes de terre irradiée avait déjà été envoyée en Caroline du Sud peu de temps après l'accident, des tests réalisés dans les années 90 ont révélé que 50 000 mètres cubes de terre étaient toujours radioactifs. Certains font un lien entre l'acceptation par le gouvernement espagnol de l'accroissement du nombre de troupes militaires américaines sur son sol (de 850 à 2 200, voir 3 000 en cas de crise), et l'accord signé par John Kerry avec son homologue espagnol José Manuel García-Margallo engageant les Etats-Unis à terminer le travail de décontamination.

La terre sera probablement stockée dans une zone du Nevada déjà irradiée lors d'essais nucléaires réalisés dans les années 50 aux Etats-Unis.

Lire aussi : La France a-t-elle envoyé un «bateau-poubelle» chargé de déchets nucléaires en Australie ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales