En visite au Liban, Le Drian menace les dirigeants de sanctions pour prévenir un «suicide collectif»

En visite au Liban, Le Drian menace les dirigeants de sanctions pour prévenir un «suicide collectif»© Aziz Taher Source: Reuters
Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, à Beyrouth, au Liban, le 6 mai 2021.
Suivez RT France surTelegram

En visite de deux jours au Liban, le chef de la diplomatie française a, une fois de plus, tancé les dirigeants du pays du cèdre, les menaçants de nouvelles sanctions s'ils ne prenaient pas les mesures nécessaires pour sortir le pays de la crise.

La diplomatie française continue de faire la leçon au dirigeants du Liban en crise politique et économique. En visite à Beyrouth le 7 mai, le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a menacé les responsables politiques libanais de sanctions afin, selon lui, de prévenir un «suicide collectif» pour le pays. 

«Il est en effet urgent de sortir de l'impasse politique dans laquelle le pays se trouve», a déclaré Jean-Yves Le Drian à des journalistes, avant de quitter Beyrouth après sa visite de deux jours. «A ce jour, je constate que les acteurs politiques n'ont pas encore assumé leurs responsabilités et ne se sont pas encore mis à travailler sérieusement au redressement rapide du pays», a fustigé le ministre français. «Je suis là précisément pour éviter cet espèce de suicide collectif organisé par certains», a-t-il ajouté.

Le chef de la diplomatie française qui compare souvent le Liban à un «Titanic sans orchestre», a rencontré le 6 mai le président libanais Michel Aoun, le chef du Parlement Nabih Berri et le Premier ministre désigné Saad Hariri. «S'ils n'agissent pas dès aujourd'hui dans un sursaut responsable, ils devront assumer les conséquences de cet échec», a-t-il averti. Paris a récemment adopté des restrictions d'accès au territoire français à l'encontre de personnalités libanaises jugées responsables du blocage, sans toutefois dévoiler leur identité. «Si le blocage persiste, ces mesures pourront être durcies ou étendues», a averti Jean-Yves Le Drian tout en prévenant qu'«elles pourront aussi être complétées par les instruments de pression dont dispose l'UE», sans plus de précisions.

Le ministre français a également rencontré les représentants de plusieurs partis d'opposition qui veulent resserrer les rangs face aux barons de la politique, jugés corrompus et incompétents.

La diplomatie française chez elle au Liban ?

Ce n'est pas la première fois que la France hausse le ton vis-à-vis des dirigeants libanais. Que ce soit Emmanuel Macron ou son ministre des Affaires étrangères, le gouvernement actuel est souvent accusé d'ingérence dans l'ancien protectorat français. La visite d'Emmanuel Macron au Liban le 6 août, au surlendemain des explosions meurtrières à Beyrouth, a par exemple fait l'objet de critiques de la part de responsables et commentateurs politiques, qui ont vu dans certains des propos du président une forme d'ingérence.

Même chose pour Jean-Yves Le Drian qui n'a eu de cesse de tancer les dirigeants libanais. En juillet 2020, il s'était notamment illustré par une leçon de morale aux autorités libanaises en matière de lutte contre la corruption. Risquant une analogie pour le moins osée, le ministre français avait déclaré : «Vous connaissez l'expression française qui dit "aide-toi et Dieu t'aidera", ce que j'ai envie de dire aujourd'hui aux responsables du Liban c'est "aidez-vous et la France et ses partenaires vous aideront".»

Le Liban connaît une dépréciation historique de sa monnaie. Plus de la moitié de ses habitants vivent aujourd'hui sous le seuil de pauvreté, selon l'ONU. Sa situation économique déjà complexe a été aggravée par les effets de la pandémie et par l'explosion meurtrière survenue dans le port de Beyrouth le 4 août 2020. L'explosion de la pauvreté et du chômage, l'érosion du pouvoir d'achat et la précarisation provoquent la colère de l'opinion publique, avec des manifestations et des blocages de routes réguliers.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix