La France accuse les responsables libanais de «non assistance à pays en danger»

La France accuse les responsables libanais de «non assistance à pays en danger»© REUTERS/Mohamed Azakir
Illustration
Suivez RT France surTelegram

Paris a réitéré ses critiques, dénoncées plusieurs fois comme forme d'«ingérence», sur un ton agressif, à l'égard des responsables politiques libanais par le biais du ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian.

«Je serais tenté de qualifier les responsables politiques libanais de non assistance à pays en danger, tous autant qu'ils soient», a lancé Jean-Yves Le Drian ce 11 mars en conférence de presse, évoquant le risque d'«effondrement» du Liban.

«C'est aux autorités libanaises de prendre en main le destin de leur pays, en sachant que la communauté internationale regarde avec angoisse», a-t-il poursuivi, dans des propos rapportés par l'AFP, ajoutant encore : «Il est encore temps d'agir, parce que demain il sera trop tard.»

Un ton emprunt d'«ingérence» ?

Depuis plusieurs mois, alors que le Liban peine à voir la fin de la grave crise politique dans laquelle il est plongé, Paris multiplie les déclarations sur ce dossier. De passage à Beyrouth en août 2020, le président français Emmanuel Macron avait par exemple prôné la mise en place de «réformes» dans différents secteurs, défendant un «nouveau pacte politique» pour le pays.

Ces déclarations avaient été dénoncées par plusieurs personnalités politiques de l'opposition française. Le chef le file de la France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, avait par exemple «m[is] en garde» le président de la République contre «une ingérence dans la vie politique du Liban. «Elle ne sera pas acceptée. Le Liban n’est pas un protectorat français», avait-il écrit sur Twitter. «Je mets en garde les Libanais à propos des réformes de Macron : protégez les revendications de votre révolution citoyenne», avait ajouté le député des Bouches-du-Rhône.

De l'autre côté de l'échiquier politique, l'eurodéputé du Rassemblement national (RN) Gilbert Collard a tweeté : «A peine arrivé au Liban, Macron se prend pour le Président de la République libanaise : il donne des leçons et prétend, à lui seul, organiser la coopération européenne et internationale».

Plus tard, le 27 septembre, Emmanuel Macron avait encore accusé la classe politique libanaise de «trahison collective» après son échec à former un gouvernement.

Le Liban face à sa pire crise économique

Confronté à la pire crise économique de ces dernières décennies et en pleine pandémie de Covid, le Pays du Cèdre a été secoué ces derniers jours par plusieurs manifestations dirigées contre la classe politique. De nombreuses routes avaient ainsi été bloquées par les protestataires, avant d'être rouvertes dernièrement avec le concours de l'armée.

Le gouvernement emmené par le Premier ministre Hassane Diab avait démissionné après la terrible explosion du port de Beyrouth en août, mais il gère encore les affaires courantes. Saad Hariri, désigné Premier ministre fin octobre, n'a toujours pas formé son équipe.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»