Moscou : la santé des individus condamnés en Russie ne devrait pas susciter l'intérêt de l'Occident

Moscou : la santé des individus condamnés en Russie ne devrait pas susciter l'intérêt de l'Occident© REUTERS/Evgenia Novozhenina
Dmitri Peskov (illustration).

Réagissant à la nouvelle vague de critiques occidentales dans l'affaire Navalny, Dmitri Peskov a estimé que l'état de santé des individus condamnés et emprisonnés en Russie ne devrait pas susciter l'intérêt des représentants des autres pays.

La santé des citoyens russes emprisonnés devrait-elle constituer une préoccupation majeure des chancelleries occidentales ? Moscou ne le pense pas.

En conférence de presse ce 19 avril, le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov a ainsi souligné n'avoir «aucune réaction» aux récentes déclarations de représentants occidentaux sur ce sujet.

«L'état de santé des individus condamnés et emprisonnés en Russie ne peut et ne doit pas faire l’objet de l'intérêt [des pays occidentaux]», a ainsi estimé Dmitri Peskov. Evoquant la très médiatique affaire Navalny, il a ajouté que Moscou ne pouvait «pas accepter» les mises en garde occidentales. «Ce n'est pas une inquiétude que nous prenons en considération», a-t-il ajouté sur ce sujet.

Les Etats-Unis et l'UE montent au créneau

Le porte-parole réagissait à de nouvelles prises de position sur le cas Navalny, qui doit être évoqué ce même-jour par les ministres des Affaires étrangères des pays de l'Union européenne. Le chef de la diplomatie de l'UE, Josep Borrell a déclaré le même jour tenir «les autorités russes [pour] responsables de la santé de monsieur Navalny».

Une déclaration similaire à celle qui a été prononcée la veille par Jake Sullivan, Conseiller à la sécurité nationale des Etats-Unis. Répondant à CNN, il avait notamment mis en garde : «Ce qui arrive à monsieur Navalny durant [sa] détention est [la] responsabilité [des autorités russes] et elles en seront tenues pour responsables par la communauté internationale». Il avait encore promis «des conséquences si monsieur Navalny meurt».

Le 18 avril, le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian avait pour sa part évoqué «une responsabilité majeure pour le président Poutine» et appelé à la libération de l'opposant russe, une position perçue par Moscou comme de l'ingérence.

Alexeï Navalny, dont l'état de santé a été jugé «satisfaisant» par le Service pénitentiaire russe après examen par un médecin, purge actuellement une peine de deux ans et demi de prison ferme. La justice a révoqué en février dernier le sursis d'une condamnation remontant à 2014, pour détournements dans la filiale russe du groupe français Yves Rocher.

L'opposant a été reconnu coupable de multiples violations des conditions du contrôle judiciaire exigé par cette peine avec sursis. Alexeï Navalny ne s'était pas présenté à l'enregistrement auprès de l’inspection pénitentiaire à au moins six reprises au cours de l'année 2020 : le 13 janvier, le 27 janvier, le 3 février, le 16 mars, le 6 juillet et le 17 août.

Dmitri Peskov a par ailleurs qualifié de «provocation» et d'«acte inamical» l'expulsion de 18 diplomates russes par la République tchèque. Celle-ci avait accusé ces diplomates d'espionnage. Cette allégation est vivement contestée par Moscou qui a répliqué en expulsant à son tour 20 diplomates tchèques.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»