Le vaccin Spoutnik V n'a causé aucun cas de thrombose veineuse cérébrale, indique son fabricant

Le vaccin Spoutnik V n'a causé aucun cas de thrombose veineuse cérébrale, indique son fabricant© Agustin Marcarian Source: Reuters
La préparation d'une injection du vaccin Spoutnik V (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Les analyses portant sur le vaccin russe anti-Covid Spountik V n'ont révélé aucun cas de thrombose veineuse cérébrale, selon son fabricant. Une annonce survenant dans un contexte d'inquiétudes liées aux cas de thromboses potentiels d'autres vaccins.

«L’analyse des résultats des essais cliniques et de la vaccination de masse avec le vaccin Spoutnik V n’a révélé aucun cas de thrombose veineuse cérébrale», a récemment fait savoir par voie de communiqué le Centre national de recherche en épidémiologie et en microbiologie de Gamaleïa, basé à Moscou.

Les vecteurs adénoviraux [de Spoutnik V] contiennent de l’acide nucléique en quantité plusieurs dizaines de fois inférieure à celle des vaccins Pfizer et Moderna

L'institut, qui a développé le Spoutnik V, a affirmé que le vaccin russe bénéficiait d'une qualité et d'une sécurité maximale du fait que sa production, contrairement à celle d’autres vaccins, utilisait «une technologie de purification en quatre étapes».

«Les vecteurs adénoviraux [de Spoutnik V] contiennent de l’acide nucléique en quantité plusieurs dizaines de fois inférieure à celle des vaccins Pfizer et Moderna : 1 à 2 µg dans Spoutnik V contre 50 et 100 µg dans les vaccins Moderna et Pfizer», a encore expliqué le centre Gamaleïa, en référence à une étude récemment publiée dans The New England Journal of Medicine, selon laquelle «le déclencheur possible de la thrombose présent dans d’autres médicaments pourrait être une purification insuffisante des médicaments».

Pour conclure, l'institut russe a fait savoir qu'il se tenait prêt à «faire part de ses technologies de purification aux autres producteurs de vaccins dans le but de réduire les effets secondaires lors de leur administration».

Pour rappel, ce vaccin russe est approuvé dans une soixantaine de pays à travers le monde et est étudié par l'Agence européenne des médicaments (EMA) depuis début mars, en vue de son homologation au sein de l'UE. 

AstraZeneca et Johnson & Johnson : qu'en est-il des cas de thromboses ?

Le sujet des cas de thromboses potentiellement liés aux vaccins contre le Covid-19 agite l'actualité – et impacte les campagnes de vaccination en Europe.

Si l’implication du vaccin d'AstraZeneca (rebaptisé Vaxzevria) dans la survenue de thromboses «classiques» (phlébite, embolie pulmonaire) a été définitivement écartée, son rôle dans des thromboses atypiques est toujours hautement suspecté, comme l'a récemment rapporté Le Figaro. Le quotidien rappelle par ailleurs qu'au 4 avril, 169 cas de thrombose des sinus veineux cérébraux et 53 cas de thrombose veineuse splanchnique (au niveau des viscères) étaient enregistrés au niveau de l’UE et du Royaume-Uni, sur un total d’environ 34 millions de personnes vaccinées : «Soit une fréquence très faible de 6,5 cas par million de personnes vaccinées. Parmi ces cas, 18 décès étaient rapportés au 22 mars», souligne encore Le Figaro.

Dans ce contexte, le vaccin d'AstraZeneca a été suspendu, temporairement plusieurs pays du Vieux continent et même définitivement dans le cas du Danemark. De leur côté, les autorités sanitaires telles que l'OMS et l'EMA continuent pour l'heure de plébisciter un vaccin dont «les avantages l’emportent sur les risques».

En ce qui concerne le vaccin américain Johnson & Johnson : après l’apparition de cas graves de caillots sanguins chez des personnes ayant reçu ce produit, l'autorité sanitaire du pays a recommandé une pause dans son administration auprès de la population.

L’Agence américaine des médicaments (FDA) a commencé à enquêter sur une potentielle causalité après la survenue de six cas de thrombose veineuse cérébrale, dont une s'étant avérée mortelle. De son côté, le laboratoire Johnson & Johnson a indiqué avoir pris la décision de «retarder le déploiement» de son vaccin en Europe. Pour rappel, quelque 6,8 millions de doses de ce vaccin ont déjà été injectées aux Etats-Unis.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»