«Menaces sérieuses»: Paris demande à ses ressortissants de quitter le Pakistan, en proie aux émeutes

«Menaces sérieuses»: Paris demande à ses ressortissants de quitter le Pakistan, en proie aux émeutes© Reuters / Stringer
Un partisan du parti islamiste TLP lance une pierre vers la police lors d'une manifestation à Lahore le 13 avril contre l'arrestation du leader de TLP.

Les émeutes se poursuivent au Pakistan, après l'arrestation d'un leader islamiste qui avait donné au gouvernement un ultimatum pour expulser l'ambassadeur de France, dans le cadre d'un mouvement contre le soutien de Macron aux caricatures de Mahomet.

«En raison des menaces sérieuses qui pèsent sur les intérêts français au Pakistan, il est recommandé aux ressortissants français et aux entreprises françaises de quitter provisoirement le pays» : tel est le message adressé par l'ambassade aux Français résidant au Pakistan, selon une information de l'AFP ce 15 avril.

Des manifestations islamistes visant le gouvernement français

Le pays est en proie depuis plusieurs jours à de violentes manifestations islamistes, en réaction notamment au soutien affiché par Emmanuel Macron aux caricatures du prophète Mahomet. Né en réaction aux commentaires du président français après la décapitation du professeur Samuel Paty il y a plusieurs mois, le mouvement de protestation s'est amplifié ces derniers jours.

L'arrestation de Saad Rizvi, leader de l'influent mouvement islamiste Tehreek-e-labbaik Pakistan (TLP, signifiant littéralement «Mouvement pakistanais je suis là») a en effet suscité une nouvelle vague d'émeutes. Ce dernier a été interpellé en vertu de la loi antiterroriste, après avoir fixé un ultimatum au gouvernement pour l'expulsion de l'ambassadeur de France Marc Baréty.

Le parti islamiste, connu pour sa capacité à mobiliser ses sympathisants et bloquer des routes pendant des jours, avait promis, selon l'agence de presse pakistanaise APP, de «marcher sur la capitale» si ses revendications n'étaient pas entendues. Blocages et rassemblements ont en effet eu lieu ces derniers jours à Islamabad, mais également à Lahore (est) et Karachi (sud).

Selon la même source, au moins 2 policiers ont perdu la vie lors d'affrontements qui ont fait des dizaines de blessés.

Si Raoof Hussain, assistant spécial du Premier ministre pakistanais, a estimé que le TLP devait être «éliminé en utilisant toute la puissance de l'Etat», le gouvernement de ce pays ultraconservateur a plusieurs fois pointé du doigt la politique de Paris envers les musulmans. Le 25 octobre, soit neuf jours après l'attentat commis contre le professeur Paty, le Premier ministre pakistanais Imran Khan avait par exemple accusé Emmanuel Macron d'«attaquer l'islam», estimant que le président français «aurait pu jouer l'apaisement [...] plutôt que de créer une polarisation et une marginalisation supplémentaires qui conduisent inévitablement à la radicalisation».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»