Au Brésil, Bolsonaro promet qu'«il n'y aura pas de confinement national»

Au Brésil, Bolsonaro promet qu'«il n'y aura pas de confinement national»© EVARISTO SA / AFP Source: AFP
Le président Jair Bolsonaro s'exprime au palais du Planalto de Brasilia, le 31 mars 2021 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Pressé notamment par un institut en santé publique de confiner le pays afin de faire face à une flambée de décès liés au Covid-19, le chef d'Etat brésilien a martelé qu'il fallait trouver des alternatives.

«Il n'y aura pas de confinement national» : c'est ce qu'a promis ce 7 avril le président brésilien Jair Bolsonaro, balayant les recommandations, entre autres, de l'institut en santé publique Fiocruz. Le chef d'Etat a déclaré qu'il fallait «trouver des alternatives» : «Nous n'allons pas accepter une politique qui revient à dire qu'il faut rester chez soi, tout fermer, imposer le confinement», a-t-il martelé, selon des propos cités par l'AFP.

Ces déclarations s'inscrivent dans un contexte sanitaire difficile pour le plus grand pays d'Amérique du Sud : celui-ci enregistre 336 947 décès depuis le début de la pandémie, dont plus de 15 000 sur les six premiers jours du mois d'avril et plus de 66 000 en mars – un record mensuel. Face à cette flambée, l'institut Fiocruz a déclaré dans un rapport publié le soir du 6 avril que le confinement était «absolument nécessaire» pour faire face à la saturation des hôpitaux, qui se trouvent selon lui dans une situation «critique» dans 24 des 27 Etats fédérés du pays.

Le discours anti-confinement de Jair Bolsonaro n'a rien de nouveau : le président pourfend depuis le début de la crise sanitaire les mesures restrictives anti-Covid, au nom de la sauvegarde de l'économie et des emplois. Entre autres exemples, lors d'un discours centré sur le tourisme en novembre dernier, le chef d'Etat avait lancé : «Aujourd'hui, il n'y en a que pour la pandémie, il faut en finir avec ça. Je regrette les morts, je les regrette. Nous allons tous mourir un jour, tout le monde ici va mourir. Ça ne sert à rien de fuir cela, de fuir la réalité. [...] Nous devons nous battre la tête haute, lutter.»

S'il n'a pas instauré de couvre-feu national, les Etats et municipalités brésiliens ont la possibilité d'imposer leurs propres mesures restrictives. Selon l'AFP, dans la pratique au niveau local, seules certaines activités considérées comme non essentielles ont été fermées, hormis de véritables confinements quelques villes de l'Etat méridional de Sao Paulo. 

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix