Un responsable de l'EMA confirme un lien entre le vaccin AstraZeneca et les thromboses

- Avec AFP

Un responsable de l'EMA confirme un lien entre le vaccin AstraZeneca et les thromboses© DADO RUVIC Source: Reuters
Le vaccin AstraZeneca.

Dans une interview au quotidien italien Il Messaggero, un responsable de l'Agence européenne des médicaments (EMA) a confirmé l'existence d'un lien entre le vaccin AstraZeneca et les cas de thrombose observés après son administration.

Interrogé par le quotidien italien Il Messaggero ce 6 avril, Marco Cavaleri, responsable de la stratégie sur les vaccins à l'Agence européenne des médicaments (EMA), a fait savoir qu'il existait un lien entre le vaccin AstraZeneca et les cas de thromboses.

«Nous pouvons désormais le dire, il est clair qu’il y a un lien avec le vaccin. Ce qui cause cette réaction, cependant, nous ne le savons pas encore [...] Pour résumer, dans les prochaines heures nous dirons qu’il y a un lien, mais nous devons encore comprendre comment cela se produit», a-t-il ainsi déclaré.

«Nous cherchons à obtenir un tableau précis de ce qui se passe, à définir de manière précise ce syndrome dû au vaccin. [...] Parmi les personnes vaccinées, il y a un nombre de cas de thromboses cérébrales chez les personnes jeunes supérieur à ce à quoi nous nous attendrions. Cela nous devrons le dire», a-t-il encore déclaré.

Depuis plusieurs semaines des suspicions sont apparues sur de possibles effets secondaires graves après l'observation chez des personnes vaccinées avec AstraZeneca de cas de thromboses atypiques.  

Des dizaines de cas ont déjà été recensés, dont plusieurs se sont soldés par un décès. Au Royaume-Uni, il y a eu 30 cas et sept décès sur un total de 18,1 millions de doses administrées au 24 mars. 

Jusqu'ici, l'EMA soutenait qu'«aucun lien causal avec le vaccin n'[était] prouvé», même s'il était «possible», et que les avantages de la vaccination contre le coronavirus l'emportent toujours sur les risques. 

Pour Paul Hunter, spécialiste en microbiologie médicale de l'université d'East Anglia interrogé par l'AFP, «les éléments de preuves penchent plutôt dans le sens que le vaccin Oxford-AstraZeneca soit bien la cause».

Par précaution, plusieurs pays ont décidé de ne plus administrer ce vaccin en-dessous d'un certain âge, comme la France, l'Allemagne et le Canada. La Norvège et le Danemark ont carrément suspendu son utilisation pour l'instant.

De son côté, AstraZeneca avait assuré en mars qu'il n'y avait «aucune preuve de risque aggravé», et a déclaré le 3 avril que la sécurité des patients constituait sa «principale priorité».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»