En visite à Mossoul en Irak, le pape François déplore le départ des chrétiens d'Orient

- Avec AFP

En visite à Mossoul en Irak, le pape François déplore le départ des chrétiens d'Orient© VATICAN MEDIA
Le pape François en visite à Mossoul, le 7 mars 2021.

Le départ des chrétiens du Moyen-Orient est «un dommage incalculable», a estimé le pape François au milieu des décombres de la guerre contre les djihadistes à Mossoul, dans le nord de l'Irak.

Au milieu des décombres laissés par les djihadistes, le pape François a prié le 7 mars 2021 pour les «victimes de la guerre» contre le groupe terroriste Daesh dans la ville irakienne de Mossoul, la «capitale du califat» défait il y a trois ans.

Sous très haute protection pour le dernier jour de son voyage historique en Irak, le pape est revenu sur le sort de la communauté chrétienne du pays, l'une des plus vieilles au monde, mais aussi l'une de celles qui a connu le plus d'exils.

«La diminution tragique des disciples du Christ, ici et dans tout le Moyen-Orient, est un dommage incalculable, non seulement pour les personnes et les communautés intéressées, mais pour la société elle-même qu'ils laissent derrière eux», a-t-il lancé.

A Mossoul, prospère ville patricienne et commerciale depuis des siècles, les autorités catholiques ne sont pas parvenues à trouver une église en état pour accueillir le pape François, qui effectue la première visite d'un souverain pontife en Irak. 

Au total, 14 églises de la province de Ninive, dont Mossoul est le chef-lieu, ont été détruites dont sept remontant aux Ve, VIe et VIIe siècles. Il a donc fallu construire une scène dans les ruines de quatre églises de différentes obédiences, dont l'église al-Tahira de Mossoul, vieille de plus de 1 000 ans.

C'est de là que le pape s'est adressé à une petite foule sous les youyous et les cris de «Viva papa». Gardes et barrages de sécurité étaient partout dans la province où se terrent encore des djihadistes malgré la défaite militaire de Daesh, fin 2017.

L'occupation d'un tiers du pays par le groupe terroriste de 2014 à 2017 a été le dernier épisode d'une série de conflits en Irak qui ont poussé la majorité des chrétiens à l'exil. Ils ne sont plus que 400 000 dans le pays, contre 1,5 million en 2003, avant l'invasion américaine.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»