La Russie salue le retour des Etats-Unis dans l'accord de Paris sur le climat

La Russie salue le retour des Etats-Unis dans l'accord de Paris sur le climat© Mark RALSTON / AFP / POOL
Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov et John Kerry, alors secrétaire d'Etat, au sommet de l'APEC à Lima (Pérou) en novembre 2016 (image d'illustration).

Lors d'un entretien avec l'envoyé présidentiel spécial des Etats-Unis pour le climat John Kerry, le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a salué le retour de Washington dans l'accord de Paris, qu'il avait quitté sous Donald Trump.

Le chef de la diplomatie Sergueï Lavrov et l'envoyé présidentiel spécial des Etats-Unis pour le climat John Kerry ont discuté, lors d'une conversation téléphonique le 13 février 2021 à l'initiative de la partie américaine, de la mise en œuvre de l'accord de Paris. «Sergueï Lavrov a salué l'intention de la nouvelle administration américaine de réintégrer cet accord multilatéral clé, qui fournit une base juridique internationale fiable pour un règlement climatique à long terme», indique un communiqué du ministère russe des Affaires étrangères.

Plus largement, les deux parties ont souligné la nécessité de renforcer la coopération internationale sur les enjeux climatiques. Sergueï Lavrov a fait valoir que la Russie était «ouverte à un dialogue honnête et mutuellement respectueux dans le domaine de la réduction des émissions de gaz à effet de serre, et en ce qui concerne le respect du caractère universel du régime climatique sous l'égide de la Convention-cadre des Nations unies sur le changement climatique (CCCC).»

Les deux hauts responsables ont en outre convenu de renforcer la coopération bilatérale au Conseil de l'Arctique, selon la même source.

Cet entretien bilatéral intervient près d'un mois après que le nouveau chef d'Etat américain Joe Biden a signé un décret actant le retour des Etats-Unis dans l'accord de Paris sur le climat, qu'ils avaient quitté sous la présidence de Donald Trump.

En novembre 2019, le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov n'avait pas caché l'inquiétude de Moscou quant au devenir de l'accord après le départ des Etats-Unis, dans la mesure où ces derniers constituaient un pays «leader» en matière d'émissions de gaz à effet de serre. «Sans la plus grande économie au monde, il est même difficile de parler d'accord climatique», soulignait-il alors.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»