Covid-19 : des pays de l'UE réclament un certificat de vaccination, faux-nez du passeport vaccinal ?

- Avec AFP

Covid-19 : des pays de l'UE réclament un certificat de vaccination, faux-nez du passeport vaccinal ? Source: AFP
Un écran affiche les participants au sommet réunis par visioconférence, avec en haut le président du Conseil européen Charles Michel, à Bruxelles, le 21 janvier 2021.

Le sommet virtuel réunissant les chefs d’Etat et de gouvernement des Vingt-Sept a débouché sur des propositions telles qu'une accélération des campagnes de vaccination et la mise en place d'un certificat de vaccination standardisé au sein de l'UE.

Le 21 janvier s'est tenu le neuvième rendez-vous en visioconférence des chefs d’Etat et de gouvernement des 27 pays membres de l’Union européenne consacré à la crise du Covid-19. Face à un situation sanitaire jugée «très grave», plusieurs solutions ont été proposées comme l'accélération des campagnes de vaccination et la limitation des voyages avec le refus de fermeture des frontières intra-communautaires. Certains pays ont souhaité la création d'un certificat standardisé de vaccination afin de pouvoir voyager librement au sein de l'Union.

Pour la Commission européenne il est donc nécessaire que les Etats membres accélèrent la vaccination, en protégeant 70% de la population adulte avant la fin de l'été et 80% des membres du personnel de santé et des plus de 80 ans d'ici mars. Il s'agit d'un effort «énorme mais faisable» selon la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen. Signe d'une impatience croissante, quatre pays – l'Autriche, la Grèce, la République tchèque et le Danemark – avaient écrit une lettre au président du Conseil européen Charles Michel pour réclamer que le processus d'approbation des vaccins par l'Agence européenne des médicaments soit plus rapide. La Commission a également exhorté les Vingt-Sept à accroître le séquençage, afin de détecter rapidement les mutations du Covid-19.

Les frontières restent ouvertes mais les voyages sont «déconseillés»

La situation sanitaire ayant été jugée «très grave» en raison de l'apparition de nouveaux variants plus contagieux et de l'accélération du nombre de nouveaux cas, Ursula von der Leyen a estimé que «tous les voyages non essentiels» devaient «être fortement déconseillés». «Nous sommes de plus en plus inquiets au sujet des différents variants» du Covid-19, a-t-elle reconnu.

La présidente de la Commission a proposé une nouvelle définition plus précise des zones à risques du point de vue sanitaire, avec une la création d'une catégorie «rouge sombre». Au sein de l'UE, les voyageurs en provenance de ces régions pourraient être soumis à l'obligation de subir un test avant leur départ et de se mettre en quarantaine à leur arrivée. Pour les voyageurs en provenance de pays hors de l'UE, des mesures telles qu'un test obligatoire avant le départ pourraient bientôt être exigées.

La France a annoncé dans la foulée qu'elle imposerait à partir du 24 janvier aux voyageurs en provenance d'autres pays européens la présentation d'un test PCR réalisé 72 heures avant le départ. Une obligation qui ne concerne toutefois pas les voyages essentiels, ni les travailleurs frontaliers.

Ursula von der Leyen a cependant souligné que les pays de l’UE ne devaient pas fermer leurs frontières pour garantir le bon fonctionnement du marché unique, notamment les flux de marchandises et les déplacements transfrontaliers des travailleurs. Le contrôle des frontières est une prérogative nationale, mais les Vingt-Sept veulent éviter le chaos qui avait suivi les fermetures de frontières en ordre dispersé lors de l'arrivée de l'épidémie au printemps dernier.

Un passeport vaccinal pour pouvoir voyager librement ? 

Durant ce sommet, la Grèce a plaidé pour la mise en place d'un certificat «standardisé» de vaccination au sein de l'UE, afin qu'une vaccination contre le Covid-19 réalisée dans n'importe quel Etat membre soit reconnue dans toute l'Union.

«Nous devrions être en mesure de nous mettre d'accord» sur des normes communes pour ces certificats, a déclaré Charles Michel. «Dans un second temps nous pourrons voir si et dans quelles circonstances ce certificat peut être utilisé», a-t-il précisé. 

Cette proposition – également soutenue par l'Espagne, selon l'AFP – est vue par la Grèce comme un moyen de sauver son industrie touristique, mais l'idée de se servir de ce certificat pour permettre aux personnes vaccinées de voyager est jugée prématurée par plusieurs Etats membres, en raison de la faible proportion de la population vaccinée et des incertitudes concernant l'effet du vaccin sur la transmission du virus.

Emmanuel Macron a ainsi déclaré qu’il fallait traiter la question du passeport vaccinal avec «une grande prudence», en raison du manque de «données sur l’absence de contagiosité des personnes vaccinées».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»