Affaire Navalny : des diplomates européens convoqués par Moscou, qui annonce des sanctions

- Avec AFP

Plusieurs hauts responsables français, allemands et suédois ont été convoqués au ministère russe des Affaires étrangères en raison de leur position dans l'affaire Navalny. Moscou a annoncé des sanctions contre plusieurs responsables européens.

Des hauts responsables français, allemand et suédois en Russie ont été convoqués le 22 décembre 2020 au ministère russe des Affaires étrangères qui reproche à ces pays leurs agissements dans l'affaire de l'empoisonnement présumé de l'opposant Alexeï Navalny, a fait savoir l'agence RIA Novosti

L'ambassadeur de France et des représentants des ambassades d'Allemagne et de Suède sont arrivés en fin de matinée au siège de la diplomatie russe, selon cette source. Il s'agit des trois pays qui disent avoir identifié une substance neurotoxique de type Novitchok dans l'organisme de l'opposant, des conclusions qui ont conduit à des sanctions de l'Union européenne contre des responsables russes.

Ces accusations demeurent fermement contestées par Moscou qui a annoncé le 22 décembre de nouvelles sanctions contre plusieurs responsables européens. Dénonçant les sanctions européennes visant depuis octobre plusieurs hauts responsables, la diplomatie russe a indiqué «avoir élargi la liste des représentants de pays membres de l'UE interdit d'entrer sur le territoire de la Fédération de Russie».

Le ministère des Affaires étrangères a expliqué juger «inacceptables» les sanctions européennes visant six personnalités russes, dont Alexandre Bortnikov, le chef du FSB, «sous prétexte de leur prétendu participation à l'incident impliquant le citoyen Navalny». Ces contre-sanctions ont été annoncées aux représentants des ambassades de France, d'Allemagne et de Suède convoqués au ministère pour l'occasion.

Des sanctions que l'Allemagne a jugé «injustifiées», selon une source diplomatique du ministère allemand des Affaires étrangères citée par l'AFP. «Alors que ce genre de contre-mesures russes a déjà existé par le passé, elles demeurent du point de vue du gouvernement [allemand] injustifiées», a expliqué cette source.

La Russie accuse en outre Berlin, mais aussi Paris et Stockholm et l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques de ne pas lui remettre leurs dossiers mettant en cause le Novitchok, substance développée à des fins militaires à l'époque soviétique.

Elle assure que l'opposant n'avait aucun poison dans son organisme lorsqu'il avait été hospitalisé en Sibérie, et que faute de coopération de la part des Européens, aucune enquête ne peut être ouverte en Russie.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»